International › AFP

République tchèque: le Premier ministre milliardaire favori aux Européennes

Pas d'image

Le mouvement populiste ANO du Premier ministre tchèque, le milliardaire Andrej Babis, part favori aux élections européennes de vendredi et samedi, malgré une vague de protestations antigouvernementales dans cet ancien pays communiste, membre de l’UE depuis 2004.

Inculpé pour fraude présumée aux subventions européennes, M. Babis, 64 ans, fait également l’objet d’une enquête de l’UE sur un possible conflit d’intérêts entre ses activités politiques et ses affaires.

« A mon avis, un Premier ministre inculpé devrait impérativement se retirer de la politique, jusqu’à l’éclaircissement de l’affaire », a affirmé à l’AFP à Prague l’entrepreneur Petr Benes, partisan du parti de droite ODS.

Des dizaines de milliers de Tchèques sont descendus dans les rues récemment pour exiger la démission du chef du gouvernement et de sa nouvelle ministre de la Justice, soupçonnée de vouloir freiner les poursuites contre lui.

« Que cela nous plaise ou non, les élections européennes représentent un test de satisfaction de la politique intérieure », a affirmé le président tchèque Milos Zeman après avoir voté à Prague.

ANO, qui ne compte que deux sièges sur les 21 de la République tchèque au sein du Parlement européen sortant, pourrait remporter ces élections avec plus de 25% des suffrages, selon un sondage de l’institut Median auprès plus de 2.100 personnes.

ANO devrait être suivi de l’ODS et du Parti pirate, avec 14% chacun, selon la même enquête.

– Image du parti victorieux –

Vainqueur des législatives de 2017 avec près de 30% des voix, grâce notamment au soutien des milieux ruraux et d’électeurs modestes, ANO a formé un gouvernement minoritaire avec les sociaux-démocrates de CSSD, soutenu par les communistes de KSCM.

Nommé par le président eurosceptique et prorusse Milos Zeman, Andrej Babis s’est notamment opposé à Bruxelles sur la question de l’immigration.

Après avoir voté vendredi dans son fief de Pruhonice, près de Prague, il a prôné des réformes de l’Union : « L’UE doit changer, la position du Conseil européen doit être renforcée et la Commission européenne doit être dépolitisée », a-t-il dit.


« Et l’UE doit aussi enfin faire une politique étrangère digne de ce nom. Aujourd’hui elle est totalement fragmentée et ne fonctionne pas », a-t-il ajouté.

« Andrej Babis a besoin d’une nouvelle victoire, pour des raisons psychologiques », souligne l’analyste politique de l’Université Charles de Prague Josef Mlejnek. Un nouveau succès permettrait au Premier ministre de minimiser les protestations en cours.

– Fake news –

La campagne de la plupart des partis – hantés par un taux de participation dérisoire de 18,2% lors du scrutin de 2014 – a été axée essentiellement sur la défense des intérêts tchèques.

« Il ne faut pas qu’ils (l’UE, ndlr) nous dictent ce que nous devons faire ou non », s’insurgeait à Pelhrimov (centre) une électrice d’âge mûr, fervente partisane de M. Babis. « Les Tchèques produisent des articles de qualité, comme les petits fromages syrecky, ou la bière blonde pils. Il ne faut pas qu’ils soient interdits », affirme-t-elle, se faisant l’écho de « fake news » accusant l’UE d’interdire des spécialités culinaires locales.

Le niveau de participation sera crucial. Un faible taux risque de nuire surtout au parti d’extrême droite et anti-européen SPD dirigé par le député Tomio Okamura, partisan d’un « Czexit » et crédité de 10% des intentions de vote.

« Nous voulons mettre fin à l’actuelle Union européenne, faire marche arrière pour retourner à ce qui existait avant Lisbonne et Maastricht, c’est-à-dire à la coopération de pays libres et souverains, sans le dictat de Bruxelles », a déclaré vendredi M. Okamura.

Les Tchèques comptent parmi les Européens les plus eurosceptiques, avec 24% d’avis favorables à une sortie de l’UE, selon un sondage Eurobaromètre récent, soit le taux le plus élevé de tous les pays membres, hormis le Royaume-Uni.

Les opérations de vote ont débuté vendredi et doivent reprendre samedi entre 08H00 et 14H00 (06H00-12H00 GMT).


À LA UNE
Retour en haut