International › AFP

Pompier volontaire depuis 30 ans en Australie, Maggie n’avait jamais vu ça

Voilà 30 ans qu’elle est volontaire contre les feux de forêt, rejoignant à chaque printemps austral cette « famille » mobilisée pour protéger leur village du littoral australien. Mais jamais Maggie McKinney, 70 ans, n’avait connu d’année aussi dramatique.

Maggie McKinney fait partie de ces personnages hauts en couleur dont regorgent les campagnes australiennes. Elle fut jadis choriste professionnelle et accompagna même sur scène la légende britannique Joe Cocker.

Il faut la voir, au quartier général des pompiers volontaires de Bermagui (sud-est de la Nouvelle-Galles du Sud), rassembler les informations qui remontent des équipes de volontaires avec lesquelles elle a tissé un lien quasi familial.

« Trente ans que je suis engagée, et la situation n’a jamais été aussi grave », dit-elle.

Les feux font partie de l’ADN de l’Australie, comme une calamité naturelle qui revient chaque année au sortir de l’hiver austral.

Mais, en raison d’une grave sécheresse, la saison des incendies a été cette fois beaucoup plus précoce et surtout plus virulente. Une crise aggravée selon les scientifiques par le réchauffement climatique.

– Les limites du volontariat –

Depuis septembre, plus de 100.000 km2 sont partis en fumée dans tout le pays, soit davantage que la superficie du Portugal. Vingt-neuf personnes ont péri, plus de 2.000 maisons ont été détruites et un milliard d’animaux pourraient avoir été tués.

Depuis début janvier, le Sud-Est de la Nouvelle-Galles du Sud et les régions voisines de l’Est de l’Etat de Victoria, ont été parmi les plus durement touchés.

Entre deux échanges par talkie-walkie avec des équipes de volontaires sur le terrain, Maggie McKinney explique comment quatre feux dans des parcs nationaux autour de Bermagui ont fusionné en un brasier gigantesque qui menace la ville.

Elle montre du doigt sur une carte les endroits où les soldats du feu s’échinent à canaliser la progression des flammes.

Des volontaires comme elle et son équipe de 17 personnes constituent la colonne vertébrale de l’armée de petites mains luttant en Australie contre les feux de forêt depuis 1896, année où fut formée en Nouvelle-Galles du Sud la première brigade de volontaires.

Sur l’immense île-continent, maintenir un contingent professionnel serait financièrement impossible. Et cela ne servirait à rien la majeure partie de l’année.


Mais le modèle du volontariat trouve ses limites du fait de l’exode rural et du vieillissement de la population, sachant que toutes les prévisions annoncent une intensification des feux dans le futur.

– « Je les aime » –

Maggie McKinney a longtemps gagné sa vie avec son groupe de musique. Elle retrouve une même forme de fraternité ou de camaraderie dans ce contingent de pompiers volontaires, unis dans la mission de protéger les maisons des voisins. Même si la leur est menacée.

« Il arrive que des pompiers qui se battent contre les feux perdent leur maison », raconte-t-elle.

« C’est une famille. Vous ressentez quelque chose là-bas et vous ressentez quelque chose là-dedans », dit-elle en se frappant le thorax.

« En un sens, c’est quelque chose de magnifique d’être ainsi liés au sein de la brigade. Je les aime », poursuit-elle en retenant une larme, lors d’un rare moment où cette dure-à-cuire laisse échapper une émotion, sous l’effet de la fatigue accumulée en 19 jours consécutifs de boulot.

Mais Maggie McKinney se reprend quand on la lance sur la question du rôle du réchauffement climatique et du refus du gouvernement conservateur d’agir davantage.

« Il y a peut-être un peu de posture politique sur la question du réchauffement climatique », lâche-t-elle. « Mais quelque chose est bien en train de changer. Ca n’a jamais été comme ça. »

« Les gens sont en colère quant au manque de leadership. On a l’impression que le Premier ministre vit dans une bulle. »

Ardent défenseur du puissant secteur du charbon, le chef du gouvernement Scott Morrison a plusieurs fois été chahuté lors de ses visites sur le terrain, en raison du manque d’aides fédérales dans la lutte contre les incendies, mais aussi de son inaction sur la question du climat.

Le Premier ministre avait aussi été vivement critiqué pour être parti en vacances en famille à Hawaï alors que son pays brûlait.

Pour aider les brigades de volontaires comme celle de Maggie McKinney, l’exécutif a finalement mobilisé 3.000 réservistes, la plus importante mobilisation en Australie en temps de paix.



À LA UNE
loading...
Retour en haut