International › APA

Politique et fait divers en vedette dans la presse sénégalaise

Les quotidiens sénégalais parvenus mercredi à APA traitent d’une diversité de sujets avec en tête l’annonce du report des élections locales puis, l’affaire des munitions d’armes et de la drogue subtilisées au sein de l’armée.« Le scrutin reporté en 2021 », titre Walf Quotidien, reprenant la réaction du parti Tekki (opposition) qui estime que c’est « une stratégie pour Macky de gagner du temps ».

 Et pour EnQuête c’est du « dilatoire au sommet », notant que ce report cause un « dérèglement du calendrier électoral ».

Toutefois les élections municipales n’ont « jamais été tenues à date échue, depuis 1984 », avec parfois « la complicité de l’opposition », selon le journal.

Pour L’AS cependant, « le gouvernement cède à la pression de la société civile » sortie du bois avant-hier pour dénoncer entre autres le non-respect du calendrier électoral. Mais là, elle semble avoir gain de cause avec le « deadline » pour les Locales désormais fixé au « 28 mars 2021 ». Mais pour L’Observateur, tout cela est possible que grâce aux « manœuvres +Locales+ de Aly Ngouille Ndiaye », le ministre de l’Intérieur.

En fait divers, Le Quotidien titre sur l’affaire des munitions et de la drogue (volées) et note qu’il y a une « insécurité dans l’Armée » sénégalaise.


Poussant l’affaire, L’Observateur a recueilli de « nouvelles révélations sur la cocaïne saisie en pleine mer » en déroulant « le film de l’opération militaire ». Le journal dresse en même temps l’identité des « 6 personnes » arrêtées et déférées au parquet avant de refaire « l’itinéraire de la drogue ».

A propos des auditions dans l’affaire des contrats d’exploration pétrolière et gazière, Sud Quotidien dresse « les mille facettes du +petrogazgate+ » là où le quotidien  national Le Soleil indique que « le Sénégal débute une nouvelle ère » avec la recherche de partenaires pour l’exploration de 12 blocs d’hydrocarbures.

Sur une note diplomatique, L’Observateur révèle « les secrets de l’exfiltration de 48 Sénégalais de la Guinée ». Ils étaient accusés « de vouloir déstabiliser » le régime du président Alpha Condé, faisant face depuis quelques temps à des manifestations de la rue contre son projet de référendum pour un troisième mandat.



À LA UNE
loading...
Retour en haut