International › AFP

Nouveau drame routier au Maghreb: 12 morts dans un choc frontal entre bus en Algérie

Douze personnes sont décédées et 46 autres ont été blessées lors d’une collision entre deux bus dans la nuit de samedi à dimanche dans le nord-est de l’Algérie, la dernière catastrophe du genre au Maghreb, ont indiqué les services de secours.

Les équipes de secours sont intervenues « vers 01H10 (00H10 GMT), à la suite d’un accident mortel, une collision entre deux cars, sur la route nationale près de la ville d’Astil », dans la province de Biskra, à 500 km au sud-est d’Alger, est-il indiqué dans un communiqué.

« Douze personnes, âgées de 19 à 73 ans, sont décédées et 46 ont été blessées », précise le communiqué de services de secours.

Cité par la radio publique, Ahmed Baoudji, le directeur des secours de la ville d’El Oued –située près du lieu de l’accident–, a mis en cause un probable excès de vitesse, selon les enquêtes préliminaires.

Le président Abdelmadjid Tebboune a présenté ses condoléances aux familles des victimes et chargé le Premier ministre Abdelaziz Djerad de superviser l’aide, a indiqué la radio publique.


Les ministres de l’Intérieur, Kamel Beldjoud, et de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, se sont rendus sur place, d’après la même source.

Selon la commission nationale de la sécurité routière, une agence gouvernementale, 3.275 personnes ont été tuées dans des accidents de la route et plus de 30.000 ont été blessées en 2019 en Algérie, des chiffres en légère baisse.

La commission a également fait état d’une légère diminution du nombre d’accidents en 2019 (près de 22.000) par rapport à 2018.

Le mois dernier, deux pays voisins de l’Algérie, la Tunisie et le Maroc, ont été endeuillés par deux accidents de bus parmi les plus meurtriers au Maghreb: le 1er décembre, 30 personnes sont mortes dans le nord-ouest tunisien, et au moins 17 sont décédées le même jour dans le nord du Maroc.



À LA UNE
loading...
Retour en haut