International › AFP

L’épouse d’un riche Norvégien probablement victime d’un enlèvement crapuleux

Pas d'image

Aucun signe de vie depuis Halloween, une demande de rançon en cryptomonnaie assortie de menaces… L’épouse d’un richissime Norvégien a probablement été victime d’un enlèvement crapuleux, a révélé mercredi la police, dix semaines après l’étrange disparition.

Mariée à un homme ayant fait fortune dans l’immobilier et l’énergie, Anne-Elisabeth Falkevik Hagen, une femme au foyer de 68 ans, a disparu sans laisser de traces le 31 octobre dernier, le jour d’Halloween.

Après plusieurs semaines d’une enquête discrète mais infructueuse, la police norvégienne a choisi de rendre l’affaire publique dans l’espoir de recueillir des informations.

« Une demande de rançon et de graves menaces ont été adressées », a déclaré l’inspecteur Tommy Brøske, le chef de la section recherche et enquête, au cours d’une conférence de presse.

« Notre principale théorie est que la victime a été enlevée contre son gré par des inconnus à son domicile » de Lørenskog, à moins de 20 kilomètres d’Oslo, a-t-il ajouté.

Si elle privilégie la thèse du geste crapuleux, la police dit n’avoir pour le moment aucun suspect.

Des contacts « très limités » via une plateforme de communication numérique ont eu lieu avec les ravisseurs présumés, a-t-elle souligné, sans vouloir préciser à quand remontait le dernier.

« Nous n’avons pas reçu de signes de vie de la victime, mais nous n’avons pas non plus reçu de signes indiquant qu’elle n’est pas en vie », a poursuivi Tommy Brøske.

– 172e fortune de Norvège –

Anne-Elisabeth Falkevik Hagen est l’épouse de Tom Hagen, 68 ans, classé 172e fortune de Norvège par le magazine Kapital avec un patrimoine évalué à 1,7 milliard de couronnes (174 millions d’euros).


Le couple, qui a trois enfants adultes, menait une existence décrite comme recluse dans une maison coquette mais sans prétention, désormais bouclée par la police.

Bien que faisant profil bas, Tom Hagen a été l’objet de quelques articles de presse relatant sa réussite. Investisseur dans l’immobilier, il détient 70% du fournisseur d’électricité Elkraft qu’il a cofondé en 1992, selon les médias.

Ce genre d’affaire est extrêmement rare en Norvège, un opulent royaume scandinave où le niveau de criminalité est généralement faible. « Nous n’avons pas connaissance de quelque chose de comparable dans le pays », a noté Tommy Brøske.

Selon le journal Verdens Gang (VG), le montant de la rançon réclamée est de neuf millions d’euros en cryptomonnaie Monero.

La police a confirmé que la demande avait été formulée en cryptomonnaie, difficile à tracer, mais n’a pas voulu faire de commentaires sur la somme en jeu, conseillant par ailleurs à la famille de ne pas la verser.

« La famille a décidé de suivre le conseil de la police », a assuré son avocat, Svein Holden, au cours d’un point de presse.

« Il n’y a aucun doute que la famille vit l’enlèvement d’Anne-Elisabeth comme un acte horrible et inhumain », a-t-il ajouté, souhaitant que la révélation de l’affaire déboucherait sur un signe de vie.

Toujours d’après VG, une note rédigée en mauvais norvégien a été laissée au domicile de la disparue, prévenant que celle-ci périrait si la police était alertée.

Les enquêteurs ont refusé de commenter cette information mais ont déclaré qu’une coopération policière internationale avait été enclenchée.


À LA UNE
Retour en haut