International › APA

Le processus de fusion des Bourses de Douala et Libreville «nécessite des clarifications» (autorité)

Le président de la Commission des marchés financiers (CMF) du Cameroun, Jean Claude Ngbwa, a estimé que la mise en œuvre du «processus nouveau» de fusion de la Bourse des valeurs mobilières de Douala (DSX), installée dans la métropole économique, Douala et la Bourse des valeurs mobilières de l’Afrique centrale (BMVAC), sise à Libreville (Gabon), «nécessite des clarifications».S’exprimant récemment devant son personnel, à l’occasion de la traditionnelle cérémonie de présentation des vœux de nouvel an, il a rappelé que les chefs d’État de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) avaient, en fin octobre 2017 à N’Djamena (Tchad), décidé de fixer le siège du régulateur régional à Libreville et celui de la Bourse régionale des valeurs à Douala.

«La CMF a pris note des bienfaits de cette annonce historique, et intégré dans l’agenda de ses activités, cette nouvelle donne qui implique des ajustements et une projection stratégique vers l’horizon proche de l’intégration des deux marchés financiers d’Afrique centrale», a-t-il déclaré.

Pour Jean Claude Ngbwa, cette nouvelle vision de l’intégration est une bonne approche pour la Communauté, à laquelle son organisme va apporter toute sa contribution pour bâtir, sous la supervision du gouvernement camerounais, un marché financier régional digne, susceptible de représenter toutes les potentialités économiques de la sous-région.

D’ores et déjà, a-t-il indiqué, des démarches ont été engagées pour organiser la fusion des deux places financières à l’issue de la 4ème réunion du Comité de pilotage du Programme des réformes économiques et financières (Pref-CEMAC), tenue en début février dernier à Douala.


«C’est un processus nouveau dont la mise en œuvre nécessite des clarifications», a analysé le président de la CMF qui, dans l’attente des hautes instructions de la hiérarchie, s’est engagé à accompagner ledit processus «tout au long de la période transitoire, en préservant le mieux possible les intérêts de la CMF et les acteurs du marché financier national, dans cette nouvelle configuration de l’intégration régionale».

Il a également engagé son personnel à travailler davantage au rayonnement de son institution, appelée dans les mois à venir à mettre son dynamisme, son efficacité et son potentiel au service d’un marché plus grand.

Le Pref-CEMAC a annoncé, pour juin 2019, l’avènement d’une Bourse unique des valeurs mobilières en Afrique centrale.

À LA UNE
Retour en haut