International › APA

Le Maroc lance la première enquête de séroprévalence des hépatites virales

Pas d'image

Le ministère marocain de la Santé va lancer une enquête de séroprévalence des hépatites virales, une première au niveau national, appelant la population cible à collaborer avec les équipes d’enquêteurs au cours du processus de collecte des données et des visites des ménages sélectionnés.Cette enquête, qui sera lancée entre les mois de février et avril 2019 avec le soutien de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), de l’UNICEF et en collaboration avec les autorités locales, a pour objectif principal de préciser la séroprévalence des HV chez la population générale âgée de cinq ans et plus et fournira à son terme, des données épidémiologiques fiables sur les HV au Maroc, rappelle le ministère dans un communiqué.

Cette première enquête touchera un échantillon de 13.500 participants appartenant à 4.575 ménages, répartis sur toutes les régions du Royaume, selon un communiqué du ministère, notant que durant la période de l’enquête, 17 équipes d’enquêteurs du ministère seront mobilisées pour assurer la collecte des données sur le terrain, des prélèvements sanguins seront réalisés outre le renseignement d’un questionnaire sur les connaissances de la population et les habitudes de vie pouvant constituer un risque pour transmettre ces infections.

A l’issue de cette enquête, les résultats des prélèvements seront transmis aux participants et la prise en charge sera assurée, pour les cas positifs, au niveau des structures du ministère, précise la même source.

Les HV représentent un problème mondial de santé publique. D’après les estimations de l’OMS en 2017, environ 257 millions de personnes vivent avec une hépatite virale B (HVB) chronique et 71 millions avec une hépatite virale C (HVC) chronique, alors que les HV étaient responsables de 1,34 millions de décès en 2015.


La plupart des personnes contaminées par l’HVB et/ou l’HVC ignorent leur infection chronique. Elles sont, néanmoins, exposées à un risque élevé de développer une complication grave du foie, à savoir la cirrhose et le cancer du foie et peuvent transmettre sans le savoir l’infection à autrui.

Au Maroc, l’épidémiologie des HV n’est pas précisément bien connue et aucune étude nationale sérologique n’a été réalisée pour estimer l’ampleur réelle du problème lié à ces infections chez la population générale.


À LA UNE
Retour en haut