International › APA

Le discours royal au menu des quotidiens marocains

Pas d'image

Le discours adressé par le Roi Mohammed VI à l’occasion du 66ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple et les enjeux de la régulation du numérique sont les principaux sujets traités par les quotidiens marocains parus ce jeudi.+Aujourd’hui le Maroc+ affirme que le discours royal prononcé à l’occasion du 66ème anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple a été porteur de plusieurs messages, et principalement du nouveau modèle de développement.

Le Souverain a, par ailleurs, insisté sur le caractère authentique du prochain modèle de développement. Le but, concernant le lancement du débat national sur le modèle de développement, est de permettre de réaliser de nouveaux progrès dans les domaines de l’économie, le social, la politique, la culture et le sport, relève le journal.

Les attentes dans le monde rural sont grandes mais également dans les grandes villes pour participer et profiter du modèle promis. Les prochains jours et mois permettront de mieux connaître la portée du nouveau chantier qui promet des nouveautés à tous les niveaux et des progrès à toutes les échelles de valeurs, écrit-il.

+Al Alam+ souligne que le discours royal a mis l’accent sur l’importance de «la formation professionnelle pour la qualification des jeunes, notamment en milieu rural et dans les zones périurbaines.

Grâce à une insertion professionnelle réussie, ces jeunes deviendront productifs et contribueront au développement du pays. Le Soverain a, dans ce cadre, appelé à « la promotion du monde rural, en veillant sur la création d’activités génératrices de revenus et d’emplois, en facilitant l’accès rapide aux services sociaux de base, en assurant le soutien nécessaire à la scolarité, en luttant contre la pauvreté et la précarité ».

Le Souverain a également souligné la nécessité de préserver les fondements et les ressources de la classe moyenne, en réunissant les conditions favorables à sa consolidation et à son élargissement, relève la publication.

+L’Economiste+ revient sur les enjeux de la régulation du numérique. Le secteur de l’hôtellerie est là pour en rappeler quelques soubresauts. Dans le cas d’espèce, le Maroc s’est bien soucié de rassurer les opérateurs marocains, indûment taxés pour certains d’entre eux sur les commissions versées à Booking et autre Expedia, constate-t-il.


Faut-il pour autant continuer d’engraisser ces plateformes? Lorsqu’elles n’excellent pas dans le sport favori des paradis fiscaux, elles savourent alors les grâces des vieilles conventions de non-double imposition, dans un épisode qui n’est pas sans rappeler l’asymétrie des Accords de libre échange que le Maroc a signé avec des pays partenaires, souligne-t-il.

Que l’on ne se trompe pas de débat. Pour le produit touristique, il ne s’agit pas de remettre en cause les raisons de l’attrait de ces services numériques auprès des voyageurs. Ni de protéger les rentes des anciens modèles. Au contraire, si la génération Booking-Tripadvisor-Expedia y a recours c’est qu’elle cherche avant tout à bien verrouiller l’expérience clientèle et réduire le risque de mauvaises surprises, commente le quotidien.

Au registre sportif, +Assabah+ rapporte que le championnat marocain de football débutera dans quelques jours sa nouvelle saison, sans avoir introduit la VAR, contrairement à ce qui avait été annoncé en grande pompe par la Fédération royale marocaine de football (FRMF).

A en croire les informations publiées par la publication, la FIFA doit encore donner son accord pour l’utilisation au Maroc de cette technologie. Or, pour accorder ce visa, l’autorité mondiale du football exige une période d’essai. Cependant, malgré l’absence de ces préalables, une source fédérale explique que la VAR sera bel et bien utilisée à partir de la demi-finale de la Coupe du Trône.

Le quotidien explique aussi que des unités seront déployées dans tous les stades pour la période d’essai de la VAR. Les décisions des arbitres basées sur cette technologie ne seront donc pas prises en considération durant les premières journées du championnat.

La publication rapporte aussi que le championnat va commencer sans tenir une autre vieille promesse. Ainsi plusieurs clubs n’ont toujours pas basculé vers la société anonyme. Le ministère de tutelle a même déclaré au quotidien qu’aucune demande n’a été formulée pour la validation des statuts depuis le dernier avertissement du président de la Fédération, Fouzi Lekjaa. D’ailleurs, deux grands clubs de la première division sont très en retard dans ce processus. Il s’agit du Wydad de Casablanca et du club de l’AS FAR.



À LA UNE
loading...
Retour en haut