International › APA

L’adresse à la Nation du président Kaboré à la une des quotidiens burkinabè

Les quotidiens burkinabè de ce vendredi mettent en exergue le message à la Nation prononcé, la veille, par le président Roch Marc Christian Kaboré, suite à l’attaque terroriste la plus meurtrière jamais enregistrée au Burkina Faso.«Défense des zones sous menace terroriste: Le président du Faso ordonne le recrutement de volontaires», arbore le quotidien national Sidwaya qui publie l’intégralité du message du chef de l’Etat burkinabè.

Le journal accompagne le message présidentiel d’un commentaire intitulé: «Rester digne» et soulignant que «pour l’histoire, chaque Burkinabè se doit d’être un artisan de la libération du pays».

Pendant ce temps, Aujourd’hui au Faso (privé) affiche: «Attaque meurtrière d’un convoi de SEMAFA: 72 heures de deuil décrété», avant de commenter «l’innommable de Boungou: Roch aux armes volontaires !».

Le journal s’interroge: «Peut-on gagner cette guerre oblique, indirecte, ondoyante et meurtrière ?».

L’éditorialiste de Aujourd’hui au Faso répond par l’affirmative, argumentant que «Roch Kaboré, le président du Faso, chef suprême des armées, en est convaincu, après la barbarie moyenâgeuse du 6 novembre dernier sur l’axe Ougarou-Boungou, qui aura décimé 38 personnes et fait 70 blessés».

De son côté, le journal privé Le Quotidien met en première page un extrait du message où le président Kaboré déclare : «J’ai ordonné le recrutement de volontaires pour la défense dans les zones sous menace».


L’Observateur Paalga, le doyen des quotidiens privés du Burkina Faso, à travers sa ‘’Grille de lecture », évoque ce recrutement de volontaires, sous le titre: «De guerre lasse ?».

Quant au journal Le Pays, il publie des réactions consécutives à l’attaque terroriste dont celle du Chef de file de l’opposition politique (CFOP) qui indique que «les Burkinabè sont lassés des communiqués rituels qui comptent les morts».

Le même quotidien privé fait observer que «les parents des victimes (sont) entre colère et indignation», avant de souligner dans son ‘’Dialogue intérieur » qu’il convient de «rester débout, malgré tout !».

Pour sa part, L’Express du Faso, quotidien privé édité à Bobo-Dioulasso (2e capitale burkinabè) s’exclame: «Après l’attaque du convoi de la société minière SEMAFO: Roch prend enfin les choses très au sérieux !».

Dans sa rubrique ‘’Autant le dire », le même journal se pose cette question : «Attaques terroristes meurtrières ; jusqu’à quand ça va encore durer ?».  



À LA UNE
loading...
Retour en haut