International › APA

La ruée des investisseurs : menace ou opportunité pour l’Afrique ?, au menu d’un Forum à Abidjan

Le continent africain connait depuis quelques années une forte ruée des investisseurs étrangers, notamment en Côte d’Ivoire, où le pays enregistre quasiment tous les grands groupes opérant dans divers secteurs d’activités à travers le monde.Pour attirer davantage d’investisseurs, le code des investissements, dispositif d’incitation à l’investissement offrant des garanties et des avantages fiscaux et douaniers aux entreprises qui s’installent, a été revu, propulsant la Côte d’Ivoire parmi les États les plus réformateurs au monde.   

Selon le CEPICI, Guichet unique de l’investissement, les entreprises agréées au code des investissements ont atteint, au terme d’une étude en 2017, un « volume global de 864 milliards de F Cfa d’investissements effectivement réalisés, soit un taux de 189% par rapport au volume d’investissement prévisionnel ».    

Ces investissements ont généré 6.915 nouveaux emplois dont 95% en faveur des nationaux, rapporte ce centre de promotion des investissements, pour qui ces chiffres montrent « la performance des entreprises agréées au vu des avantages du code des investissements et la compétitivité de l’économie ivoirienne ».   

En vue d’atteindre l’émergence en 2020, une ambition des dirigeants actuels, le gouvernement s’est doté d’un Programme national de développement (Pnd) dont la deuxième phase prévue de 2016 à 2020 pour un portefeuille de 30.000 milliards Fcfa, consacre une part de 62,4% au secteur privé.

L’ouverture des marchés, auréolée par l’industrialisation progressive dans plusieurs secteurs, ont fait de l’Afrique un eldorado des grandes firmes à travers la planète. Et ce, au regard des potentiels qu’offre l’Afrique qui se positionne comme « un continent d’avenir ».   

La mondialisation de l’économie, créant un bloc intégré dans lequel la compétitivité augure davantage de marges aux entreprises, va engendrer une forte ruée des investisseurs étrangers, l’enjeu étant la conquête des marchés. 

Bien que ces firmes apportent des devises, créent des emplois et favorisent le transfert de technologies, ce qui est d’ailleurs une opportunité, elles constituent aussi une menace en termes d’accès au marché. La part de l’Afrique dans les exportations mondiales représentant 2% du commerce mondial. 

‘’La ruée des investisseurs : menace ou opportunité ? et Les Petites et moyennes entreprises (PME) face au défi de l’innovation », sont d’ailleurs les thèmes des deux panels retenus au menu de la 9è édition des Bâtisseurs de l’économie africaine (African Economy Builders Awards) prévue le 27 avril 2018 à Abidjan.

L’homme d’Affaires ivoirien Jean Kacou Diagou, fondateur du premier groupe ivoirien de banque-assurance NSIA, a été désigné ‘’Keynote speaker » (principal orateur) pour ce forum qui se déroulera autour du  thème général : ‘’L’Afrique, nouvel eldorado des investisseurs ». 


Au cours de son exposé, l’ex-président de la Confédération générale des entreprises en Côte d’Ivoire  (Cgeci), Jean Kacou Diagou, présentera sa vision permettant au continent de transformer les enjeux de l’économie mondiale en opportunités. Cet homme d’Affaires a initié l’étude prospective Côte d’Ivoire en 2040. 

Avec l’arrivée des grands groupes dans les pays en Afrique, le marché des PME se voit souvent réduit. Pour pallier cela, la Côte d’Ivoire a mis en place un dispositif permettant au secteur public d’octroyer 20% des marchés de l’Etat à ces entreprises qui représentent plus de 80% du tissu économique ivoirien.

« Je ne cherche pas de l’aide pour l’Afrique. Ce que je cherche, ce sont des investissements pour l’Afrique », a dit Akinwumi Adesina, président de la Banque africaine de développement (BAD), invitant des investisseurs américains afin d’aider le continent à libérer son potentiel agricole lors d’un forum sur les perspectives d’avenir de l’agriculture aux États-Unis.

Pour nombre d’économistes, les investissements étrangers sont une opportunité pour l’Afrique. Toutefois, l’environnement des Affaires devrait être encadré par des textes afin d’en assurer une transparence. La Côte d’Ivoire s’affiche dans cet élan comme État soucieux de l’évolution des entreprises locales. 

Cette dynamique devrait en outre permettre à l’Afrique d’avoir une économie diversifiée,  d’apporter davantage de valeurs ajoutées aux produits d’exportation notamment dans les secteurs agricoles et des matières premières, et surtout de résorber le chômage.  

La rencontre des Bâtisseurs de l’économie africaine va permettre de mener des réflexion sur l’émergence du continent. Un dîner gala de distinction est prévu avec la participation de 500 personnes. Il constitue la deuxième partie de cet évènement qui consacrera la distinction des lauréats venus de 30 pays.

Ce forum qui se tient à Abidjan célèbre les élites entrepreneuriales et managériales africaines, les entreprises, les institutions économiques, les investisseurs internationaux, les talents de la diaspora africaine et les multinationales qui s’illustrent pour le progrès et la prospérité de l’Afrique.



À LA UNE
loading...
Retour en haut