International › APA

La presse togolaise scrute la décision du gouvernement sur les nouvelles marches de l’opposition

Les quotidiens parus ce lundi au Togo commentent la décision du gouvernement sur les marches que prévoit la coalition des 14 partis de l’opposition, les 25, 26 et 28 avril 2018.« Manifestations politiques de la C14 : les marcheurs vont devoir changer d’itinéraires ! », titre Togo Matin en manchette. Le journal informe qu’à la suite des manifestations programmées dans le courant de la semaine dernière par le regroupement des 14 partis politiques de l’opposition togolaise, la coordination « renouvelle son désir de retourner à ses vieux amours mercredi, jeudi et samedi prochains ».

Même si, poursuit-il, « pour le gouvernement, ces marches violent l’accord du dialogue sur l’issue du déchirement politique, une autorisation leur a été accordée ». Toutefois, précise le journal, « les leaders de l’opposition se doivent de respecter le choix d’autres citoyens de vaquer en toute quiétude et sans contraintes à leurs attributions ».

Dans son éditorial titré « par ici les marches », Le Libéral écrit que la coalition de l’opposition « compte organiser des manifestations de rue qui devraient déboucher sur des meetings », ceci, « après quelques velléités de manifestations de rue vite étouffées la semaine dernière ».

« Pour une fois encore, la coalition engagée dans le dialogue pour l’instant suspendu ira contre sa parole donnée à savoir, renoncer aux manifestations pendant la période de dialogue », poursuit le journal, qui indique que le gouvernement autorise cette marche qu’il compte bien canaliser, « au lieu d’une interdiction sèche comme la dernière fois ». Les marches oui mais sur un itinéraire bien défini, conclut le Libéral.

Pour sa part, le Correcteur craint un « danger », une « balkanisation prononcée du Togo », et titre que le ministre « Boukpessi renvoie les marches à Bè », un quartier populaire de Lomé, alors que « Bakali interdit toute activité de l’opposition à Kara ».


« De quoi se plaignent les autres riverains de Lomé et les habitants de Bè ont accepté ? En plus, ce ne sont pas les mêmes itinéraires depuis sept mois comme le dit le ministre Boukpessi. C’est d’ailleurs de nouveaux itinéraires qu’empruntent les militants et sympathisants de l’opposition à partir de la reprise des manifestations les 11, 12 et 14 avril étouffées par des répressions sauvages et barbares », note le journal.

Par ailleurs, il informe que « l’Association Agir Ensemble pour l’Education (A2E) a initié une formation des Ambassadeurs de la démocratie à Hôtel Mira de Kara le samedi 21 avril dernier au cours de laquelle devrait intervenir le Professeur Wolou Komi, Secrétaire National du Pacte Socialiste pour le Renouveau (PSR) », parti membre de la coalition de l’opposition.

« Tout est fin prêt pour le démarrage des activités quand subitement des gendarmes ont surgi pour évacuer la salle des participants au motif que la note d’information adressée à l’autorité administrative (le Préfet) n’a pas précisé que le Professeur Wolou est le formateur », poursuit-il.



À LA UNE
loading...
Retour en haut