International › APA

La presse sénégalaise dissèque l’affaire Oxfam

Pas d'image

Les journaux sénégalais, reçus mardi à APA, traitent essentiellement du différend opposant l’Organisation non gouvernementale britannique Oxfam à certains de ses employés au Sénégal et qui porte sur le soutien à la communauté LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transgenres).EnQuête renseigne qu’« Oxfam (est) seul contre tous » dans le cadre de la promotion de l’homosexualité au Sénégal. En effet, « plusieurs organisations contactées (par ce journal) prennent sans réserve le contre-pied » de l’ONG Oxfam.

C’est le cas notamment d’Enda Ecopop dont le Coordonnateur Bachir Kanouté soutient : « Dans tout contexte, il y a des valeurs et principes qui sont immuables. Le Sénégal ne peut pas échapper à cette règle. Nous avons des valeurs et principes qui sont le soubassement de notre volonté de vivre ensemble ».

En outre, EnQuête informe que « certains financements dont bénéficient (quelques) ONG sont liés à des conditionnalités de toutes sortes dont celle de la promotion de l’homosexualité ». Se prononçant sur cette question d’indépendance financière, Moundiaye Cissé, le Directeur exécutif de l’ONG 3D se veut clair : « Nous n’accepterons jamais qu’un bailleur nous dicte sa loi, de surcroit quand cela n’est pas conforme avec nos croyances socioculturelles et religieuses. Pour nous, ça ce n’est pas négociable ».

Poursuivant, ce journal rapporte une conclusion de hauts responsables d’Oxfam selon laquelle, « certains bureaux-pays ne reconnaissent pas toujours que nous sommes tous liés par une politique qui nous oblige à reconnaître et à respecter les diversités sexuelles et les identités de genre. Nos maillons faibles se trouvent dans des pays où nous ne sommes pas aux côtés des communautés LGBT ».

Partant de là, des employés d’Oxfam Sénégal dont Elimane Haby Kane, l’ancien responsable du programme Bonne Gouvernance, pas du tout disposés à mettre en pratique les nouvelles orientations de ladite ONG, ont été visés par une procédure de licenciement.

« En demandant à notre bureau de soutenir des personnes au risque de tomber sous le coup de la loi, vous êtes en train de mettre en danger tous les employés d’Oxfam exerçant dans ce pays. Ce qui revient à une responsabilité grave et dangereuse de l’organisation aussi bien sur sa présence dans le pays que sur la sécurité de ses employés », a répondu Elimane Haby Kane dans les colonnes d’EnQuête.


De son côté, L’Observateur indique qu’il y a une « gayrilla contre Oxfam » à cause de son soutien à la communauté LGBT. Ce journal note qu’il y a une « levée de boucliers des religieux contre la promotion de l’homosexualité au Sénégal ».

En tout cas, L’Observateur fait remarquer que l’ONG Oxfam « lâche les pédales » en suspendant la procédure de licenciement d’Elimane Haby Kane. Ce journal se fait aussi l’écho de la polémique sur un tee-shirt porté par Wally Ballago Seck et fait savoir que « le chanteur (est) pris en grippe par des Sénégalais après avoir porté un tee-shirt avec le drapeau de la communauté LGBT » lors d’un concert organisé vendredi dernier à la place de la Nation.

En sports, Le Soleil estime que la rencontre qui va opposer le Sénégal au Bénin, demain mercredi à 16 heures GMT, est « quart de finale à haut risque » puisque depuis le début de cette Coupe d’Afrique des Nations « les grands sont à la trappe (et) les petits à la fête ».

Dans Stades, le président de la République du Bénin Patrice Talon a tenu à booster, sur son compte Twitter, les Écureuils : « Pas deux sans trois. Vous avez tenu en échec les Lions indomptables (Cameroun), vous avez éliminé les Lions de l’Atlas (Maroc). Maintenant, il vous reste à aller bouffer le troisième Lion (le Sénégal). Pas de stress pour la suite. Si vous vous relâchez, vous allez encore être meilleurs ».  


À LA UNE
Retour en haut