International › APA

La CAE veut rendre le commerce régional plus dynamique

Le Burundi, le Kenya, le Rwanda, la République-Unie de Tanzanie, le Rwanda et l’Ouganda, tous membres de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE) ont convenu, jeudi, de rendre le commerce régional plus dynamique afin de faciliter l’intégration économique de la région.Réunis à Nairobi, la capitale kenyane, les représentants de ces pays, membres de l’Union douanière et du marché commun de la Communauté de l’Afrique de l’Est (CAE) ont promis de mettre en œuvre des réformes de facilitation du commerce, notamment en réduisant les « barrières non tarifaires » telle que la réglementation des produits lourds et incompatibles.

« Je suis très fier parce que c’est l’occasion pour les pays de la CAE, dont beaucoup sont enclavés, de vendre leurs produits dans la région, en Afrique et dans le monde », a déclaré Frederick Ngobi Gume, ministre ougandais des Coopératives, dont le pays préside actuellement la CAE.

Les pays ont pris cet engagement lors de la première Semaine africaine du commerce électronique de la CNUCED qui s’est tenue à Nairobi du 10 au 14 décembre.

« La CAE est une force motrice en Afrique, faisant preuve de bonnes pratiques dans la mise en œuvre des réformes de la facilitation du commerce », a déclaré le Secrétaire général de la CNUCED, Mukhisa Kituyi.

La décision de la CAE intervient après que la plupart des pays africains ont signé l’Accord de la Zone de libre-échange continental africain (ZLECA) en mars 2018.


L’accord envisage d’établir une zone de libre-échange à l’échelle africain en s’appuyant sur des blocs régionaux tels que la CAE.

La déclaration de la CAE s’aligne également sur l’Accord sur la facilitation du commerce de l’Organisation mondiale du commerce qui est entré en vigueur en février 2017.

Le commerce intra-CEA, bien que faible, est le plus élevé parmi les communautés économiques régionales (CER) d’Afrique, avec 19,35% des exportations.


À LA UNE
Retour en haut