International › APA

Hydrocarbures sénégalais : plaidoyer pour un fonds dédié à la promotion féminine

Pas d'image

Safiétou Diop, présidente du Réseau Siggil Jigeen, une ONG travaillant dans le domaine de la promotion et la protection des droits des femmes sénégalaises, a plaidé mardi à Dakar, pour une redistribution des bénéfices tirés du pétrole dans le financement des gaps sur l’éducation, la santé et le développement des énergies renouvelables et en faveur des femmes et des filles du Sénégal.« Il est injuste que les richesses de ce pays ne puissent pas être redistribuées de façon équitable et que les femmes et les filles puissent être servies sur les domaines qui les intéressent, particulièrement la santé et l’éducation. Nous avons des gaps de financement énormes de la santé des femmes et de l’éducation des jeunes et des filles. Nous voulons qu’il y ait une loi qui définit un pourcentage dédié à l’éducation et à la santé des femmes », a soutenu Safiétou Diop.

S’exprimant au cours d’une conférence de presse sur l’actualité de la campagne Deliver For Good-Sénégal, une initiative de plaidoyer pour susciter un changement durable pour et par les filles et les femmes afin de faire progresser la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) et du Plan Sénégal Emergent (PSE), la présidente du Réseau Siggil Jigeen a affirmé que pour tirer profit de l’exploitation de ces ressources pétrolières et gazières, il faut une bonne gestion.

«La loi fondamentale fait  des ressources pétrolières et gazières la propriété du peuple sénégalais. Il revient donc au peuple de décider de comment on les gère et de qui les gère », a poursuivi Safiétou Diop.


Revenant sur la campagne Deliver For Good-Sénégal lancée le 2 mai 2019 avec comme marraine Aminata Touré, présidente du Conseil économique, social et environnement (CESE), Mme Diop a souligné qu’elle est renforcée par le soutien de l’Etat du Sénégal.

« Conduite par le Réseau Siggil Jigeen et l’ONG Energy 4 Impact, la campagne compte aujourd’hui plus de 40 Organisations membres issues de la société civile, du gouvernement, du secteur privé et des PTF ; tous s’engageant dans trois priorités essentielles pour une action collective: l’Energie, l’Education et la Santé », a-t-elle indiqué.


À LA UNE
Retour en haut