International › APA

Huit morts dans l’attaque d’une chefferie au Burkina-Faso

Pas d'image

Huit personnes ont perdu la vie et quatre autres ont été blessées, lors d’une attaque perpétrée dans la nuit de samedi à dimanche contre une chefferie coutumière basée à Zoaga, localité au centre-est du Burkina Faso, annonce un communiqué du gouvernement parvenu à APA mardi.«Un groupe d’hommes armés venus des villages frontaliers du Burkina et du Ghana ont perpétré une attaque contre le domicile du Chef coutumier de Zoaga, commune relevant de la province du Boulgou dans la région du Centre-Est. Cette attaque a fait malheureusement huit(8) morts et quatre(4) blessés», indique le communiqué signé du ministre d’Etat, ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale, Siméon Sawadogo.

Les assaillants ont pillé et incendié les boutiques du marché de Zoaga avant de se replier vers la frontière, souligne le communiqué, ajoutant que «selon toute vraisemblance, cette attaque serait un rebondissement de la crise qui secoue depuis un certain temps la chefferie coutumière de cette localité».

Suite à ce drame, note le communiqué, les Forces de défense et de sécurité (FDS) ont été immédiatement déployées dans la commune de Zoaga pour sécuriser les lieux et rechercher les auteurs de cette attaque.

A en croire Siméon Sawadogo, le gouverneur de la région abritant la chefferie coutumière s’est rendu dans la localité pour réconforter les familles endeuillées et assister à l’inhumation des personnes décédées.


«Tout en condamnant fermement ces violences, le Ministre d’Etat, Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Cohésion sociale (MATDC) présente, au nom du Gouvernement, ses sincères condoléances à toutes les familles affectées par ce drame », note le communiqué gouvernemental.

En conclusion, le ministre Sawadogo invite «les populations de Zoaga et villages environnants au calme et en appelle au sens de la responsabilité de l’ensemble des acteurs locaux en vue de permettre la manifestation de la vérité et de la justice».


À LA UNE
Retour en haut