International › AFP

Dans une Grèce post-crise, deux candidats à la conquête du pouvoir

Pas d'image

La Grèce s’apprête à choisir son prochain chef de gouvernement, entre Alexis Tsipras et Kyriakos Mitsotakis, pour sortir définitivement le pays de la crise.

Tsipras, le Premier ministre de gauche qui a prolongé la rigueur

A 40 ans, Alexis Tsipras est devenu le plus jeune Premier ministre que la Grèce ait connu en 150 ans et le seul à avoir déclaré être athée.

Charismatique et intrigant, il a étonné ses partenaires européens dans sa croisade contre l’austérité – et contre les cravates – durant ses six premiers mois au pouvoir. La Grèce était alors sur le point d’être évincée de la zone euro.

A l’encontre de son idéologie, l’ancien communiste en bras de chemise a signé un troisième plan d’aide internationale, assorti de mesures d’austérité.

Mais sous M. Tsipras, la Grèce a enregistré des résultats économiques meilleurs que prévus, le chômage a baissé et la croissance est revenue.

Il a essayé d’alléger l’austérité pour les plus démunis en leur donnant accès à la santé gratuite et des aides pour payer leurs loyers et leurs factures d’électricité. Mais pour financer ces mesures, son gouvernement a imposé davantage la classe moyenne.

En signant l’accord controversé en Grèce sur le nouveau nom de la République de Macédoine du Nord avec son homologue Zoran Zaev en janvier, Alexis Tsipras a également perdu des voix.

Mais le Premier ministre et son homologue nord-macédonien ont été applaudi à l’international et même été nominés pour le prix Nobel de la paix de 2019.

Alexis Tsipras a également réalisé des pas importants pour les droits LGBT. Ingénieur civil de formation, Tsipras, 44 ans, a deux enfants avec Betty Baziana, ingénieure en électronique, avec laquelle il ne s’est jamais marié, dans un pays où le poids de la religion reste important.

Fan d’Ernesto « Che » Guevara, M. Tsipras a nommé son fils cadet Orfeas Ernest en hommage au révolutionnaire argentin.


Mitsotakis, un réformateur qui veut relancer l’économie

Caracolant en tête des sondages, le leader de la Nouvelle Démocratie, Kyriakos Mitsotakis, a de bonnes chances de devenir le prochain Premier ministre grec.

Trois ans après avoir pris les rênes du parti conservateur qui avait été aussi dirigé par son père, l’ex-consultant chez McKinsey à Londres veut créer « de meilleurs » emplois. Au programme du leader réformateur, relancer la croissance, attirer davantage d’investisseurs étrangers en baissant les impôts pour les entreprises.

Proche des milieux d’affaires, ce diplômé de l’université d’Harvard a notamment été ministre de la réforme administrative sous le dernier gouvernement conservateur d’Antonis Samaras (2012-2014). Il avait été à l’époque chargé de licencier 15.000 fonctionnaires sous la pression des créanciers du pays.

La réduction des effectifs a été interrompue par les élections anticipées de janvier 2015, mais l’étiquette d’ « homme de fer » a perduré.

Craignant de se mettre à dos les fonctionnaires grecs et leurs familles – qui représentent un pourcentage considérable de l’électorat – Kyriakos Mitsotakis a promis de ne pas ordonner de nouvelles mises à pied de fonctionnaires.

Dans un pays où le népotisme est une tradition de longue date, Kyriakos Mitsotakis a juré de ne pas nommer de membres de sa famille dans son gouvernement et proclame vouloir prendre ses distances par rapport à son héritage familial.

Le quinquagénaire est le fils de l’ancien Premier ministre Konstantinos Mitsotakis. Sa sœur, Dora Bakoyannis, a été ministre des Affaires étrangères et maire d’Athènes. Et le nouveau maire de la capitale, Costas Bakoyannis, n’est autre que son neveu.

Pour ses détracteurs de gauche, Kyriakos Mitsotakis est vu comme celui qui a changé la Nouvelle Démocratie en un mélange nationaliste et néolibéral. Mais il est aussi celui qui a aussi redoré et modernisé l’image du parti conservateur, en présentant de nombreux candidats de moins de 40 ans aux législatives.

Fan de basket, Kyriakos Mitsotakis est le père de trois enfants et marié avec Mareva Grabowski, la co-créatrice de la marque de vêtements de luxe Zeus+Dione.


À LA UNE
Retour en haut