International › APA

Côte d’Ivoire: une reimmatriculation des entreprises existantes prévue en «novembre ou décembre»

Le ministre ivoirien auprès du Premier ministre, en charge de la Promotion de l’investissement privé, Emmanuel Essis Esmel, a annoncé mardi un processus de reimmatriculation des entreprises existantes en « novembre ou décembre » 2019 en vue de leur attribuer un identifiant unique.M. Essis Esmel s’exprimait lors d’un panel de Haut niveau à l’occasion de l’édition 2019 de Cgeci Academy, le Forum économique annuel  du Patronat ivoirien, autour du thème « Les clés d’un environnement des Affaires propices à l’émergence ». 

« Nous allons lancer maintenant, au mois de novembre ou décembre le processus de reimmatriculation des entreprises existantes qui devront se re-immatriculer pour avoir un identifiant unique », a indiqué M. Essis Esmel. 

Il a fait observer que toutes les entreprises créées depuis octobre 2019, ont un identifiant unique qui leur permet d’opérer auprès de l’administration publique. Une démarche qui consiste à octroyer un identifiant à chaque entreprise pour faciliter ses transactions, y compris le secteur de l’import-export.  

 Le gouvernement ivoirien veut réduire les délais de réalisation des actes administratifs, mais le gros challenge demeure la digitalisation des procédures. Selon M. Essis, « la clé du succès » des services administratifs, surtout à l’endroit du secteur privé est la digitalisation.

Dans ce processus, dira-t-il, la Côte d’Ivoire a engagé depuis 2013 un montant de 10 milliards Fcfa. Ce qui a, en retour, permis d’engranger un investissement direct étranger de 900 millions de dollars contre 300 millions de dollars auparavant.  

Participant à ce panel de Haut niveau, Louise Kanyonga, directrice de Rwanda development board, a partagé l’expérience de son pays, tout en insinuant qu’au Rwanda, un plan annuel validé par le Conseil des ministres, permet de déployer leurs stratégies d’attractivité des capitaux.   


Le Rwanda, pays invité d’honneur, dispose de peu de ressources naturelles. L’Etat a pour ce faire misé sur le capital humain et la transformation pour atteindre un niveau de développement économique enviable et remarquable sur le continent africain.   

M. Essis a par ailleurs fait savoir que des dispositifs en faveur des PME et des entrepreneurs sont patents en Côte d’Ivoire avec des exonérations fiscales allant cinq ans voire six ans. Il a laissé entendre que « plus de 100 plateformes de financement des PME » existent dans le pays.

Le président de la Confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire (Cgeci, Patronat ivoirien), Jean-Marie Ackah, s’est félicité de ce Forum économique qui a vu la participation de Paul Kagamé, accompagné de 50 chefs d’entreprises.

L’édition 2019 de la Cgeci Academy a enregistré 5 216 participants et plusieurs présidents d’organisations patronales venus, entre autres, du Cameroun, du Rwanda, de l’Île Maurice, du Sénégal et de la Guinée. 



À LA UNE
loading...
Retour en haut