International › APA

Coronavirus alimente toujours la presse marocaine

Les quotidiens marocains parus ce mardi s’intéressent au soutien aux opérateurs en ces moments du Covid-19, aux Marocains bloqués à l’étranger à cause du coronavirus, au changement des mentalités, à l’aide européenne octroyée au Maroc pour lutter contre la pandémie du coronavirus et à la déontologie médicale.+Les Inspirations Eco+ rapporte que les opérateurs appellent à une aide plus soutenue, alors que le fonds spécial pour la gestion du coronavirus vient à peine d’entamer son travail. Selon le journal, les textiliens qui s’estiment sinistrés exigent un accompagnement adapté jusqu’à fin 2022 pour sortir la tête de l’eau. Les exportateurs, de leur côté, veulent être représentés au sein du Comité de veille économique au vue de leur importance en matière d’entrée de devises.

Le quotidien souligne que l’industrie textile est profondément touchée par cette crise du Covid-19, en raison des annulations de commandes constatées juste après la propagation de la pandémie.

Le président de l’Association marocaine des industries du textile et de l’habillement (AMITH), explique que 90% des entreprises du secteur sont actuellement à l’arrêt. Il estime que les mesures prises sont bonnes mais insuffisantes, car le secteur peut rapidement se remettre à rapporter des devises, dès son redémarrage.

+Al Ahdath Al Maghribia+ Les consulats du Maroc en Belgique ont ainsi appelé tous les Marocains intéressés par la mesure de prise en charge et remplissant les conditions requises de prendre contact avec les services consulaires compétents en vue de s’inscrire et bénéficier de cette opération.

En Espagne, les sources du quotidien font savoir que les services consulaires du Maroc à Algésiras ont servi, depuis le 13 mars, plus de 400 Marocains bloqués dans le sud de l’Espagne. Le processus a commencé le samedi 14 mars, précisent-elles, par l’accueil de quatre autocars transportant des Marocains en provenance d’Italie, de France et d’Espagne. Ces Marocains désiraient rentrer au Maroc avant la fermeture des frontières.

Mais, pour éviter la propagation de l’épidémie au sein de la communauté marocaine, les services consulaires ont décidé de reconduire les Marocains d’Italie vers leur lieu de résidence habituel dans la péninsule italienne, en assurant les frais de leur retour. La même mesure a été appliquée aux autres Marocains résidents en France ou en Espagne qui tentaient de regagner le Maroc.

+Aujourd’hui le Maroc+ écrit que « chez nous, bien que la majeure partie de la population soit équipée au moins d’un mobile ou d’un smartphone, les fâcheux vieux réflexes ont toujours la peau dure ».

De nombreuses personnes ont jugé bon de se déplacer au cours des derniers jours au niveau des préfectures pour bénéficier du programme d’aide mis en place, déplore la publication, rappelant que les autorités compétentes ont bien précisé que le dépôt des demandes s’effectue uniquement via le téléphone portable.

Ceci est-il si difficile à assimiler ? Il semble qu’un effort de pédagogie soit devenu aujourd’hui réellement indispensable pour lutter contre le nouveau Coronavirus mais également et surtout contre les mentalités archaïques, estime le quotidien.


+L’Opinion+ fait savoir que la pandémie du nouveau Coronavirus frappe aujourd’hui à nos portes, le regard désintéressé et sceptique qu’on lui portait auparavant, s’est mué en une psychose traumatisante pour de larges pans de notre société.

Dans cette tourmente, le désintérêt a brutalement, et fort heureusement, cédé place à une empathie généralisée qui nous fait prendre désormais conscience de la détresse des autres, qu’ils soient proches, lointains ou simples voisins, poursuit-il.

« Il est remarquable, à ce propos, de noter que cette Europe, aussi meurtrie et exsangue soit-elle, a démontré qu’elle n’avait pas perdu son sens du devoir, de la générosité et de la coopération », le journal.

L’Union européenne a ainsi octroyé au Maroc une aide substantielle de 450 millions d’euros pour alimenter son fonds spécial de lutte contre le coronavirus, rappelle-il, notant que ce geste significatif persistera, sans nul doute, longtemps dans les mémoires.

Pour sa part, +L’Economiste+ écrit que « les médecins qui auront déserté leur poste devront s’expliquer. C’est ce que dit le Conseil national de l’Ordre des Médecins ».

Il semble en effet que des praticiens aient fermé leur cabinet, indique la publication, soulignant que l’Ordre lui-même s’abstient de faire le constat officiel de cet état de fait, contraire à une de leurs directives : « s’efforcer de répondre à l’appel des pouvoirs publics ».

Avant même que la pandémie ne soit finie, les élus et société civile doivent s’emparer de ce sujet, pour mettre à niveau cette profession, où l’image des meilleurs est détruite par des petits profiteurs, signale-t-il.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 28.05.2020

Les Chutes de la Loufoulakari

Les Chutes de la Loufoulakari sont des cascades situées dans le sud-ouest de la république du Congo, dans le département du Pool, à 75 km…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut