International › APA

Chirurgie humanitaire: plus de 130 patients opérés dont 9 de goître dans l’Ouest ivoirien

Pas d'image

Plus de 130 patients dont neuf atteints de goître (thyroïde) ont été opérés à Man, dans l’Ouest ivoirien, lors d’une campagne humanitaire de l’Association des chirurgiens en vidéo endoscopie chirurgicale d’Abidjan (ACVCA), tenue du 27 au 31 mars 2019.« Nous avons eu globalement à opérer 132 patients », a indiqué  lundi à APA le professeur Clément Blegolé, chirurgien des hôpitaux et  enseignant de l’UFR (Unité de formation et de recherche) des sciences  médicales d’Abidjan, précisant que huit femmes et un homme ont été  opérés de la thyroïde.   

Au nombre des  personnes ayant subi les actes chirurgicaux, l’on dénombre des enfants  dont « le plus jeune avait un an et six mois ainsi que des adultes parmi  lesquels le plus âgé avait 82 ans », a fait observer le professeur  Clément Blegolé. 

Pendant ces trois jours de  chirurgie humanitaire, dira-t-il, l’association qui intervient à titre  gracieux et à partir de dons, a eu également à faire 160 interventions. À  défaut de kits, beaucoup de malades sont cependant restés sans être  pris en charge.    

Dans cette région  montagneuse du pays, le goître est très présent surtout chez les femmes et se  caractérise par une augmentation de volume de la glande thyroïde, située  au niveau de la gorge. Il est notamment dû à un manque d’iode dans  l’eau de consommation. 

La chirurgie de la  thyroïde est enseignée aux praticiens et aux étudiants au cours de cette  formation pratique. Selon le professeur Blegolé « pas mal de  chirurgiens ne savent pas maîtriser cela». Ce faisant, l’ACVCA permet  aux patients souffrant de cette pathologie d’être pris en charge.  

Lors  des séances opératoires, l’organisation développe de nouvelles méthodes  en termes d’intervention chirurgicale. Aujourd’hui, prône-t-elle la  chirurgie laparoscopique qui se fait  sans ouvrir l’abdomen, en  regardant l’écran de télévision, pour opérer les malades à partir de  gestes.  

Cette technologie permet de faire le  diagnostic exact ainsi que le traitement de la maladie et d’obtenir une  précision chirurgicale, soutient le professeur Clément Oble Blégole, qui  encadre des spécialistes et des étudiants au Centre hospitalier  universitaire (CHU) de Treichville, dans le Sud d’Abidjan.   


L’ACVCA  organise périodiquement des journées de formation médicale et de  chirurgie humanitaire. Créée en 2008, l’association a pour objectif de  sensibiliser les populations sur la prévention des risques sanitaires  surtout en zone rurale, en apportant son expertise aux structures  sanitaires de proximité.   

« Nous voulons  permettre à nos populations qui ne peuvent pas accéder à la chirurgie  moderne de profiter de la nouvelle technologie et de l’apport  chirurgical de certains des experts de la place » en allant vers ces  personnes vulnérables et démunies, a-t-il renchéri.    

L’organisation  est soutenue par des partenaires. En 2008, elle a enregistré 20  patients opérés à Abidjan. En 2012, ce nombre va passer à 45 patients,  puis 80 patients en 2015 et 46 en 2016 avant de s’établir à 200 en  2018. 

Pour cette campagne, plusieurs étudiants  ont pris part à la formation avec neuf universitaires (professeurs et  assistants). Au cours de la formation, les étudiants,  selon leur  spécialité aident à opérer auprès de leurs enseignants avant  d’intervenir sur des cas de pathologie.

La  ville de Bouaké devrait accueillir la prochaine campagne prévue du 12 au  16 juin 2019. Et ce, en raison des travaux encore en cours à l’hôpital  de Korhogo (nord), où l’association n’est pas sûre de tenir en juin les  consultations auprès des populations.   

En  novembre 2019, est prévue la célébration des 20 ans de la chirurgie  laparoscopique en Côte d’Ivoire. Les campagnes de l’association ont  permis de redonner l’espoir à près de 400 personnes atteintes de  pathologies telles que l’hernie, l’hydocèle, le fibrome, le kyste de  l’ovaire et l’appendicite.    


À LA UNE
Retour en haut