International › AFP

Cesare Battisti: quatre meurtres et une peine de réclusion à perpétuité

Pas d'image

Cesare Battisti, ex-activiste d’extrême gauche, est arrivé lundi en Italie pour purger une peine de réclusion criminelle à perpétuité après sa condamnation en 1981 pour son rôle direct et indirect dans quatre assassinats.

– Pier Luigi Torregiani, le bijoutier –

Le 16 février 1979, un commando des PAC (Prolétaires armés pour le communisme), un groupuscule d’extrême gauche considéré comme « terroriste » par Rome, abat Pier Luigi Torregiani devant la vitrine de sa bijouterie à Milan et sous les yeux de son fils, Alberto, 15 ans. Gravement blessé, Alberto devient tétraplégique. « Maintenant, les victimes peuvent reposer en paix », a-t-il déclaré en apprenant l’extradition de Cesare .

Cesare Battisti est pour avoir été l’instigateur de ce meurtre, décidé parce que le bijoutier s’était défendu lors d’une tentative de vol.

– Lino Sabbadin, le boucher –

Le même jour, le 16 février 1979, Cesare Battisti couvre des complices qui attaquent la boucherie de Lino Sabbadin, 45 ans, à Mestre, près de Venise, pour les mêmes raisons: le boucher avait mortellement blessé son agresseur lors d’un tentative de vol en décembre 1978. Il était aussi un militant d’extrême droite. « J’attendais ce jour depuis 40 ans », a déclaré à la presse italienne son fils Adriano, âgé de 17 ans à la mort de son père.

Pour ce meurtre, Cesare Battisti a également été condamné pour complicité.


– Antonio Santoro, le gardien de prison –

Le 6 juin 1978, Cesare Battisti abat à Udine (nord-est) un officier du corps des gardiens de prison, qui commande la maison d’arrêt de la ville, Antonio Santoro, 51 ans, accusé de mauvais traitements à l’égard de détenus.

Cesare Battisti est condamné pour avoir tué ce fonctionnaire de l’administration pénitentiaire.

– Andrea Campagna, le chauffeur de la police –

Le 19 avril 1979, Cesare Battisti assassine à Milan Andrea Campagna, 24 ans, un chauffeur de la Digos, les services secrets italiens en charge de la lutte contre le terrorisme et l’extrême gauche. « Andrea était un chauffeur, pas un enquêteur (…). Ils sont arrivés de dos et lui ont tiré une balle dans la tête », a raconté à La Repubblica son frère Maurizio.

Cesare Battisti a été condamné pour avoir tiré ce coup de feu mortel. Dans le communiqué publié alors par les PAC, Andrea Campagna est défini comme un « tortionnaire de prolétaires ».

À LA UNE
Retour en haut