International › AFP

CAN-2019: Samuel Chukwueze, un aperçu du Nigeria du futur

Pas d'image

Une ascension fulgurante. Il a 20 ans à peine, aurait dû disputer la Coupe du monde U20. Mais Samuel Chukwueze a inscrit son premier but avec le Nigeria en quart de finale de la CAN-2019 et propulsé les « Super Eagles » en demi-finale face à l’Algérie, dimanche.

A 20 ans et 49 jours, Chukwueze est devenu le plus jeune buteur du tournoi cette année grâce à sa réalisation contre l’Afrique du Sud mercredi, dans une rencontre où il a été élu homme du match.

Son but a permis aux Nigérians de rallier le dernier carré de la compétition, un stade qu’ils n’avaient plus atteint depuis leur sacre en 2013. Mais il marque surtout une étape importante dans sa carrière.

Sacré champion du monde U17 avec le Nigeria en 2015, l’ailier est convoité par Arsenal, mais finit par rejoindre Villarreal en 2017. Après une saison correcte en deuxième division, il explose en Liga: un but lors du mémorable 4-4 contre le Barcelone de Messi en avril, et le but de la victoire contre Gérone dans le même mois, qui évitera la relégation à son équipe.

S’il ne tient pas encore la comparaison avec l’Argentin, les qualités du jeune Nigérian se rapprochent de celles d’un autre gaucher dévastateur: le jeune retraité Arjen Robben.

Chukwueze, fan du Néerlandais quand il était petit, se satisferait bien de la moitié de l’immense palmarès de Robben, huit fois sacré en Bundesliga et une fois en Ligue des Champions (2013) avec le Bayern, finaliste de Coupe du monde (2010) et vainqueur des championnats anglais, espagnol et néerlandais avec Chelsea, le Real Madrid et le PSV Eindhoven.

« Il a une qualité débordante, que tu ne peux pas arrêter, c’est comme une rivière », s’enthousiasme Miguel Alvarez, l’entraîneur de l’équipe réserve de Villarreal qui a aidé Chukwueze à faire le grand saut vers l’équipe première en 2018.

– Bientôt « l’un des meilleurs » –


« Chukwueze a un bon pied gauche, il est rapide, a un centre de gravité assez bas – ce qui lui donne un bon sens de l’équilibre – et il peut passer ou marquer », abonde le sélectionneur du Nigeria Gernot Rohr.

Le coach allemand a toutefois pris le temps avec son jeune poulain sur cette CAN. Il l’a certes titularisé dès le premier match contre le Burundi (gagné 1-0), mais ne lui a accordé que quelques minutes sur les trois rencontres suivantes.

« Nous sommes là pour le titre. Rester sur le banc ne me fait pas de mal », a balayé Chukwueze après la victoire du Nigeria sur l’Afrique du Sud en quarts (2-1). « J’attends ma chance pour aider l’équipe, comme je l’ai fait aujourd’hui. »

Son aide pourrait bien se montrer de plus en plus décisive. Après la qualification en demi-finale, l’attaquant nigérian Ahmed Musa est allé jusqu’à annoncer que le jeune ailier deviendrait à terme « l’un des meilleurs joueurs des Super Eagles ».

L’intéressé préfère temporiser: « Nous avons de moins en moins de joueurs expérimentés, mais tant qu’ils sont là, nous avons besoin d’eux pour progresser et tirer le meilleur de nous-mêmes ».

Samuel Chukwueze n’avait pas été appelé pour le Mondial-2018, où le groupe nigérian, très jeune, n’avait pas réussi à passer la phase de poules. Mais Gernot Rohr assure que la maturité engrangée l’an dernier et l’arrivée de nouveaux talents comme Chukwueze permettra au Nigeria de retrouver sa place parmi les meilleurs nations du football africain.

La prochaine étape s’annonce ardue pour les « Super Eagles ». En demi-finale, dimanche, ils devront dompter une impressionnante équipe algérienne pour avoir une chance de remporter une quatrième CAN.


À LA UNE
Retour en haut