International › APA

Cameroun: les contrevenants aux mesures contre le Covid-19 seront sanctionnés (Pm)

Le Premier ministre (Pm) camerounais, Joseph Dion Ngute, vient de menacer de sanctions les contrevenants aux mesures de restriction prises le 17 mars dernier, dans le cadre de la mise en œuvre du plan de riposte contre le coronavirus.Dans une déclaration parvenue mercredi à APA, il regrette que certaines de ces contraintes, visant à limiter la propagation de la pandémie du coronavirus au Cameroun, ne soient malheureusement pas respectées par un très grand nombre de ses compatriotes.

Rappelant les dispositions légales concernant la facilitation de la transmission d’une maladie contagieuse et dangereuse, il a invité les autorités administratives et municipales, ainsi que les forces de maintien de l’ordre, à renforcer les contrôles et à prendre toutes les dispositions utiles et nécessaires, afin que les mesures édictées soient respectées par tous et partout.

Avec l’intention affichée de dissiper certaines rumeurs, abondamment véhiculées à travers les réseaux sociaux depuis quelques jours, le PM a également affirmé qu’«aucune décision de confinement, total ou partiel de la population, n’a été prescrite par le chef de l’État» à ce jour.

Le rappel à l’ordre du chef du gouvernement, note-t-on, intervient au moment où le Cameroun a, en quelques jours seulement, enregistré une hausse fulgurante des cas de Covid-19, soit 66 patients testés positifs et un mort.


Sauf que les coups de menton de Joseph Dion Ngute suscitent une certaine perplexité auprès de plusieurs compatriotes. «Nous attendons le décret sur l’État d’urgence sanitaire. Un mort, c’est un mort de trop !» s’écrie, sur Twitter, la jeune députée Nourane Foster, membre du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (PCRN, opposition).

Une autre parlementaire, issue de la même formation, Rolande Ngo Issi, estime pour sa part que la majorité des Camerounais ne prendra au sérieux les mesures préventives gouvernementales que si les dirigeants eux-mêmes s’impliquaient plus dans la croisade contre le coronavirus, car leur négligence se justifie par le laxisme des autorités et lenteur à l’action, beaucoup estimant que le Covid-19 «c’est l’affaire des autres (nantis)».

«L’heure est grave, interpelle-t-elle. Sortez de vos protocoles classiques de gestion de crise. Ils n’ont jamais été efficaces. Agissez promptement et soyez proactif, prenez l’exemple des pays qui ont pu maîtriser l’évolution de la pandémie ».



À LA UNE
loading...
Retour en haut