International › APA

Brazzaville abrite du 12 au 14 février un forum sur l’agriculture en Afrique centrale

Pas d'image

La capitale congolaise, Brazzaville accueille du 12 au 14 février 2019 un forum visant à impulser le potentiel des économies rurales en Afrique centrale grâce à l’investissement dans le capital humain et l’employabilité dans le secteur de l’agriculture, selon une note transmise lundi à APA.L’agriculture s’affiche comme le principal secteur économique dans  les pays de la sous-région avec une part importante dans le PIB estimée à  4 à 50%. Environ deux tiers de la population est engagée dans des  activités agricoles, à la fois dans la production et les activités  connexes de la chaîne de valeur. 

Ce forum  devrait permettre d’aborder les problématiques sur les processus de  transformation structurelle des zones rurales, les opportunités  d’affaires et les investissements. Et ce, en vue  de d’accélérer la  croissance économique, la diversificationdu secteur et la création  d’emplois décents. 

L’emploi des jeunes se pose  avec acuité. Les approches, les défis technologiques et  l’investissement dans les compétences devraient permettre aux dirigeants  de prendre les taureaux par les cornes pour rendre les entreprises  compétitives aux fins de créer de la richesse et de emplois descents. 

Comment  employer les jeunes dans l’agriculture aux fins de les occuper avec  toutes les compétences requises et les accompagner dans la création de  champions, reste un défi pour les pays de la sous-région en Afrique  centrale.  

Ce dividende démographique offre  toutefois une opportunité unique de faire progresser les économies  rurales et façonner le processus de transformation structurelle de  l’économie rurale. Un accompagnement efficace des jeunes pourrait  enrayer le phénomène de l’immigration. 

En  2010, 33% des 66 millions d’habitants que comptait la République  Démocratique du Congo se retrouvait dans la tranche des 10 à 24 ans. Le  nombre de jeunes devrait atteindre 31,6 millions d’ici 2025 et 42,9  millions en 2050, et si rien n’est fait les jeunes chercheront un  ailleurs radieux. 

La majorité de la population  rurale de la sous-région devrait, au cours des prochaines décennies,  continuer à s’appuyer sur l’agriculture comme principale source de  subsistance. Le potentiel agricole devrait être mis en valeur à travers  la technologie et la recherche pour créer des débouchés en termes  d’emplois.  


Le profile agricole et rurale des  pays de la région devrait toutefois être pris en considération dans la  formulation de politiques, programmes et plans d’investissement pour  favoriser la création d’emploi pour la jeunesse rurale.

Ostensiblement,  la situation de l’emploi des jeunes en Afrique centrale reste largement  à améliorer, notamment dans l’économie rurale. Les jeunes dans les  zones rurales sont exposés au chômage, au sous-emploi, et à des niveaux  de compétences faibles. 

Cette situation ne  vise pas à favoriser les investissements qui développeront l’agriculture  et l’agro-industrie pour assurer l’autosuffisance alimentaire afin de  réduire les importations des produits de base et permettre à la fois la  création d’emplois et l’accroissement des revenus.  

Ce  déficit, s’il n’est pas jugulé, ne permettra pas de soutenir les  ambitions d’émergence à l’horizon 2030 que se sont fixés les pays de la  sous-région dans les secteurs productifs. La valeur ajoutée agricole  s’offre comme une alternative face aux chocs pétroliers et à la chute  des cours des matières premières.  

Le forum,  organisé par la Banque africaine de développement (BAD) et le Bureau  international du travail, devrait permettre d’impulser l’employabilité  des jeunes femmes et hommes dans les économies rurales de la  sous-région, véritable catalyseurs pour une croissance inclusive. 

Il devrait en outre permettre de définir les axes stratégiques et  des mécanismes novateurs efficients et intégrateurs en vue de la  formulation d’initiatives efficaces pour la promotion du travail décent  pour les jeunes dans l’économie rurale, avec une amélioration de la  qualité de la main d’œuvre nationale et sous régionale et des services  publics et privés dans le secteur de l’agriculture.  



À LA UNE
loading...
Retour en haut