ECONOMIE  |     BUSINESS  |    

Les forestiers du nord Congo appelés à évacuer le bois via le port d’Oyo

Par JDB source adiac-congo.com - 09/08/2017

Cet appel lancé le 8 août dernier à Brazzaville par le ministre des Transports, Gilbert Mokoki, devrait permettre d’éviter la dégradation accélérée de la nationale n°2

 

Dans l’objectif de préserver la route nationale n°2 qui connaît une dégradation à certains endroits, les exploitants forestiers des départements de la Sangha et de la Cuvette-ouest sont appelés à évacuer leur production vers Brazzaville à travers le nouveau port fluvial d’Oyo.

Cet appel lancé le 8 août dernier à Brazzaville par le ministre des Transports, de l’aviation civile et de la marine marchande Gilbert Mokoki devrait permettre d’éviter la dégradation accélérée de la nationale n°2.

Il est question de mettre en valeur les potentialités des voies navigables qui jouent un rôle important dans les échanges commerciaux, ainsi que dans la mobilité des populations et des biens entre les différents départements du pays.

« En ce moment, il y a un grand besoin de transport dans la partie Nord du pays. Le bois provenant de la Sangha et de la Cuvette-ouest attend une occasion pour traverser la ville d’Oyo. Aujourd’hui, le constat est que les grumiers ont abimé la voie particulièrement entre Owando et Oyo, ensuite vers Ngo », a indiqué Gilbert Mokoki.
Il a expliqué que « le chef de l’Etat a décidé d’interdire le transport de bois par route. Comme les mesures du dispositif de pesage ne sont pas encore effectives, il est mieux d’éviter les dégâts en faisant embarquer désormais le bois au port d’Oyo, afin qu’il arrive à Brazzaville par voie d’eau. Nous voulons montrer aux usagers de transport, particulièrement aux forestiers que le port d’Oyo sera fonctionnel et qu’ils peuvent en faire usage ».

 


© Droits reservés
Le ministre Mokoki s’est exprimé lors du départ du bateau Ville de Brazzaville à destination d’Oyo, dans le département de la Cuvette, où il sera accueilli dans le cadre de l’inauguration le 10 août du nouveau débarcadère fluvial de cette ville.

Le départ de Ville de Brazzaville pour Oyo augure de bonnes perspectives pour le secteur des transports fluviaux qui se trouve actuellement confronté à de nombreuses difficultés. Il marque un signe d’espoir pour le Port autonome de Brazzaville et ports secondaires (PABPS) et de la montée en puissance de la Société congolaise du transport fluvial (SOCOTRAF).

«Nous nous préparons à relancer le voyage du bateau Ville de Brazzaville sur l’axe Oubangui. Parce que nous sommes actuellement en saison de hautes eaux dans la Likouala. Nous pensons que ce voyage va être un test. Après donc Oyo, on va certainement reprendre le trafic sur l’Oubangui », a déclaré Gilbert Mokoki.
 
MOTS CLES :  Congo   Port Oyo   Bois 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Festival tuSeo 10e édition
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués