SANTé  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

CHU-Brazzaville : appel de détresse d’une directrice en panne de ressources

Par congobrazza.com - 22/06/2017

Marie Gabrielle Ambiéro, s’est adressée au chef de l'État par le biais d'une lettre ouverte publiée dans la presse

 

Action de désespoir ou indélicatesse administrative, la directrice du CHU de Brazzaville à choisi de s'adresser au chef de l'État par le biais d'une lettre ouverte publiée dans la presse. Ce procédé qui bouscule les us en la matière est symptomatique de l'état de déliquescence du CHU que Gisèle Marie Gabrielle Ambiéro Alliandzi dit être miné par des réseaux mafieux.

Dans cette note sans doute rédigée à la va-vite, parce que pleine « d'incorrections », la directrice du CHU-B dit sa détresse et son désarroi, mais surtout son incapacité à rencontrer le chef de l'État, afin de lui faire le point réel de la situation du CHU.

Pour Marie Gabrielle Ambiéro, cette situation est le fait de groupuscules mafieux opérant au CHU, ou y ayant opéré et regrettent d'en être partis. Ceux-là même qui font obstruction à ce qu'elle rencontre le président de la république.

Après la presse audiovisuelle, c'est désormais par la presse écrite que la directrice générale du CHU choisi de s'exprimer, comme faisant feu de tout bois qui peut interpeller l'opinion. Les médias sociaux qui reprennent la lettre s'en donnent à cœur-joie, sur une crise révélatrice d'un profond malaise.

 


© Droits reservés
Marie Gabrielle Ambiéro, directrice du CHU de Brazzaville.
Désormais c'est la guerre des clans qui semble ouverte, comme un peu partout, dans les institutions à budget de transfert et à autonomie de gestion. Les masses d'argent que l'on y brasse, parfois sans commune mesure avec celles de la tutelle administrative, ne manquent pas de conduire au clash. Le cas de l'ARCPE et le ministère des Postes et télécommunication en dit long.

Mais, au CHU, c'est tout autre chose. Ici, il ne s'agit pas seulement d'argent, dont tout le monde veut s'en mettre plein les poches. Derrière cet argent, le bilan se chiffre en terme de cadavres, ou de vies à sauver, cela est plus grave encore et l'urgence s'inscrit en terme de vie ou de mort, plutôt que les intérêt des différents « parrains », voire de leurs « clans ».

Car, comment comprendre, qu'alors que tous les secteurs névralgiques de CHU sont à l'arrêt, compromettant sérieusement la vie des malades, la priorité de la tutelle a été de commettre un cabinet pour un audit de gestion sur le CHU, avec des conclusions de mauvaise gestion ventilées à grands renforts médiatiques, comme en réponse à l'appel de détresse de Marie Gabrielle Ambiéro, sur l'absence de crédits pour le CHU, et les conséquences qui en découlent.
 
MOTS CLES :  Chu   Ressources   Presse 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

Bruxelles : grande rencontre d'artistes-peintres africains
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués