SANTé  |     CONSEILS PRATIQUES  |    

Congo : les chefs de quartiers sensibilisés aux violences faites aux femmes

Par JDB source adiac-congo.com - 01/06/2017

Le sujet est au centre des échanges entre Les Organisations non gouvernementales, Azur développement ; Action de solidarité internationale et le ministère de la Promotion de la femme

 

Les Organisations non gouvernementales, Azur développement ; Action de solidarité internationale (Asi) ainsi que le ministère de la Promotion de la femme et de l’intégration de la femme au développement ont échangé le 31 mai, avec les responsables de l’arrondissement 4 Moungali, sur les formes de violences faites aux femmes et aux enfants.

L’échange a démarré à Brazzaville et Pointe-Noire, le 26 mai, et prendra fin le 13 juin. Il s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du projet de « renforcement de la société civile et des acteurs étatiques pour améliorer le respect des droits des filles et des femmes congolaises », financé par l’Union Européenne.

Au cours de cet échange, les chefs de quartier ont été édifiés sur l’objectif de l’atelier, les types de violences faites aux femmes et aux enfants, le cadre juridique et l’importance du guichet unique. Un autre temps fort a été celui de l’échange sur les violences.

Elvire Ngondo du ministère de la Promotion de femme a défini la violence avant d’énumérer les formes de violences et leurs conséquences. Parmi celles-ci, l’on compte les violences psychologiques, physiques, sexuelles et économiques.

Selon elle, toutes les formes de violences ont des conséquences néfastes chez la femme et l’enfant. Face à cela, les chefs de quartier devront détecter les victimes afin de les orienter vers les services habiletés, le guichet unique pour une prise en charge complète.

Elle a, en outre, expliqué que l’Etat a prévu des sanctions pénales pour les violences exercées sur les femmes et les enfants. D’après les articles 309 et 311 du code de la famille, la loi a prévu des peines et amendes.

 


© Droits reservés
Chefs des quartiers congolais.
La coordonnatrice de l’Action de solidarité internationale, Pauline Ducos, a expliqué que l’atelier permet aux chefs de quartier de se familiariser avec leur approche, de découvrir les projets de ces ONG et de comprendre les différentes formes de violences.

Le projet de renforcement de la société civile et des acteurs étatiques pour améliorer le respect des droits des filles et des femmes congolaises est conçu sur trois axes : la sensibilisation, la protection et le plaidoyer.

Les activités de sensibilisation poursuit-elle, seront réalisées dans les arrondissements ; en faveur des femmes vulnérables ; dans les écoles ainsi que dans les centres de santé. « Toutes personnes victimes des violences pourront venir au guichet unique et recevoir gratuitement un appui psychologique, médical et juridique », a déclaré Pauline Ducos.

La secrétaire générale de la mairie, Aurélie Makosso, a loué l’initiative de ces ONG avant de demander aux responsables de son arrondissement de s’approprier l’initiative pour améliorer leurs connaissances. Cette initiative, souligne-t-elle, permettra de vulgariser les dispositions prises par l’Etat pour lutter contre toutes formes de violences faites aux femmes et aux enfants.
 
MOTS CLES :  Violences   Femmes   Chefs Quartiers   Congo 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Festival tuSeo 10e édition
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués