POLITIQUE  |     INTERNATIONAL  |     AFRIQUE  |    

Le Gabon organise son premier forum africain consacré à la traite négrière

Par rfi - 18/05/2017

Le colloque s’inscrit dans le cadre de la décennie internationale des personnes d’ascendance africaine décrétée par une résolution de l’ONU de 2014

 

Au Gabon s’est ouvert, mercredi 17 mai à Libreville, un colloque international sur la traite négrière. Le colloque s’inscrit dans le cadre de la décennie internationale des personnes d’ascendance africaine décrétée par une résolution de l’ONU de 2014. Depuis le vote de cette résolution, le Gabon est le premier pays d’Afrique noire à organiser une telle rencontre qui met face à face des Africains et des descendants d’esclaves à la recherche de leurs origines.

C'est par un folklore envoûtant que les Gabonais ont accueilli les descendants des esclaves venus à Libreville pour célébrer la décennie des afro-descendants. Toni Ferbach et Eveline Verger de Pré sont venus de Guadeloupe : « Ça ouvre une porte, c’est comme une porte qui s’ouvre. Je me rends compte maintenant qu’il devient pesant et urgent pour moi de retrouver cette racine. »

Pour le ministre gabonais de la Culture et porte-parole du gouvernement, Alain Claude Bilie By Nze, l'émotion suscitée par ces retrouvailles ne suffit pas. Il faut aller au-delà : « Les Noirs qui ont subi l’esclavage n’ont jamais été indemnisés. Le continent africain qui a été spolié n’a jamais été indemnisé. Le ministre en charge de la Culture que je suis portera au Gabon cette initiative, pour que l’esclavage et la colonisation soit reconnus comme crime contre l’humanité ».

 


© Droits reservés
Des Sénégalais jettent des fleurs dans l'océan Atlantique en mémoire des victimes du commerce triangulaire (2011).
Elle-même descendante d'esclaves, Eveline Petrus Barry, coordonnatrice du système des Nations unies au Gabon, a quasiment oublié son costume onusien : « Il faut qu’on reconnaisse ce qu'il s’est passé. Il faut maintenant qu’on prenne en compte nos droits, pour que nous ne soyons plus la dernière roue de la charrette, la roue qui permet aux autres d’avancer, pendant que nous, nos droits sont toujours bafoués ».

Selon les organisateurs, à la fin de la rencontre ce vendredi, Libreville pourrait offrir la nationalité gabonaise aux afro-descendants qui le souhaitent.
 
MOTS CLES :  Gabon   Traite Négrière   Colloque 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Bruxelles : grande rencontre d'artistes-peintres africains
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués