POLITIQUE  |     INTERNATIONAL  |     AFRIQUE  |    

Pédophilie au Burkina: 2 ans de prison requis contre un militaire français

Par rfi - 19/04/2017

Des attouchements que le prévenu a lui-même filmés dans la piscine d'un grand hôtel de Ouagadougou où les militaires étaient en repos

 

Le parquet de Paris a requis ce mardi 18 avril deux ans d'emprisonnement dont 6 mois fermes pour un militaire français des forces spéciales Barkhane en mission au Burkina Faso, qui a reconnu des attouchements sexuels sur deux fillettes à l'été 2015. Des attouchements que le prévenu a lui-même filmés dans la piscine d'un grand hôtel de Ouagadougou où les militaires étaient en repos. L’homme de 40 ans avait oublié sa caméra sur les lieux.

Pendant presque trois heures d'audience, le prévenu accablé s'est dit incapable d'expliquer ses gestes qu'il met sur le compte d'une trop forte alcoolémie. Les experts, qui l'ont interrogé affirment qu'une amnésie due à une absorption d'alcool excessive est possible.

Un argument qui n'a pas convaincu l'avocate de la partie civile représentant la famille de l'une des deux fillettes, maître Grimaud : « Il y a eu l’excuse de l’alcool. Il y a eu l’excuse du côté post-traumatique des missions qu’il pouvait effectuer. Et il y a cette excuse que j’estime typiquement l’excuse du pédophile notoire qui est de dire, "elles sont venues à moi, elles m’ont sauté dessus". Lisez entre les lignes : "elles m’ont excité, pauvre de moi, je n’ai pas su résister". Et ce sont ces propos-là qui font particulièrement froid dans le dos », dénonce-t-elle.

 


© Droits reservés
Des soldats de l'opération Barkhane dans le camp militaire de Tinzaouatène, dans le nord du Mali.
Les faits sont intervenus deux mois après les révélations sur des accusations d'abus sexuels d'enfants perpétrés par des militaires français en Centrafrique. Mais l'avocate de la défense, Me Dozet, refuse de voir dans cette affaire la mise en cause de l'armée française : « Ce n’est pas le procès de l’armée, c’est le procès d’un homme qui a commis quelque chose de très grave, qu’il assume, mais qui n’est ici qu’un simple justiciable », a-t-il réagi.

Le jugement sera rendu le 12 juin 2017. En attendant, le militaire des forces spéciales de l'opération Barkhane a été suspendu de ses fonctions, et son contrat auprès de l'armée ne sera pas renouvelé.
 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Fima : la 5e édition aura lieu en mars
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués