POLITIQUE  |     INTERNATIONAL  |     AFRIQUE  |    

Foot africain: 60e anniversaire de la CAF

Par rfi - 15/03/2017

Une petite centaine d’acteurs du monde du football africain sont réunis dans un cinéma de quartier d’Addis-Abeba

 

La Confédération africaine de football (CAF) fête son soixantième anniversaire ces 15 et 16 mars 2017 à Addis-Abeba, après plusieurs semaines de tensions. Celles-ci sont liées à l’élection de son président qui va opposer le sortant Issa Hayatou au Malgache Ahmad, mais aussi aux relations moins cordiales avec la FIFA et à une procédure judiciaire ouverte en Egypte contre la CAF. Explications.

Une petite centaine d’acteurs du monde du football africain sont réunis dans un cinéma de quartier d’Addis-Abeba, ce 14 mars 2017. De gros cornets de pop-corn à la main et de larges sourires aux lèvres, ils sont venus assister à la projection d’un beau documentaire largement à la gloire de la Confédération africaine de football (CAF) et de son président Issa Hayatou.

Cette avant-première fait office de préambule au 60e anniversaire de la CAF, organisé les 15 et 16 mars dans la capitale éthiopienne. Des dates qui coïncident davantage avec l’accession au pouvoir d’Issa Hayatou – le 10 mars 1988 – qu’avec la naissance de la CAF, un 10 février.

L’ambiance bon enfant qui règne ce soir-là masque toutefois en partie les tensions qui minent l’institution depuis quelques semaines. Des tensions latentes qui se sont notamment révélées en janvier avec l’annonce de la candidature du Malgache Ahmad à la présidence de la CAF. Ce dernier et la plupart des présidents de fédération censés le soutenir n’étaient d’ailleurs pas présents, ce mardi soir.

Une élection plus serrée que prévue ?

L’unité semble actuellement de façade au sein de la CAF. D’un côté, on trouve les plus fervents partisans du président sortant, issus en grande partie des pays francophones, notamment d’Afrique centrale et de l’Ouest. De l’autre, il y a des frondeurs venus d’Afrique australe et de quelques fédérations d’Afrique de l’Est et de l’Ouest, dont de nombreux anglophones.

Difficile néanmoins de savoir pour qui vont vraiment voter les 54 présidents de fédérations, lors de l’Assemblée générale élective du 16 mars. Cette incertitude laisse même planer un léger doute sur le sort du scrutin, alors qu’Issa Hayatou a écrasé ses adversaires passés, l’Angolais Armando Machado en 2000 et le Botswanais Ismail Bhamjee en 2004. « Je ne dis pas que je vais gagner mais je ne pense pas qu’on pourra nous ridiculiser », expliquait ainsi Ahmad en février sur rfi.fr.

Des relations moins cordiales avec la FIFA

L’attitude de la Fédération internationale de football (FIFA) dans cette affaire a par ailleurs semé le trouble. Le patron de la FIFA Gianni Infantino s’est rendu fin février à Harare à une réunion controversée, organisée par le président du Cosafa. Celle-ci a donné lieu à une virulente passe d’armes entre la CAF et le Cosafa, le principal foyer de soutien à Ahmad. Le Suisse Infantino a ensuite poursuivi sa tournée africaine dans une majorité de pays potentiellement acquis à la cause du Malgache.

 


© Droits reservés
Depuis deux mois, les relations entre la CAF et sa maison-mère semblent en tout cas être devenues nettement moins cordiales que lorsque Joseph Blatter était président de la FIFA. En janvier, la CAF s’est par exemple amèrement plainte que la FIFA ait décidé de la fermeture de deux de ses quatre bureaux en Afrique et que les deux bureaux restants aient été transférés à Dakar et à Johannesburg.

Signe de ces temps difficiles, les deux institutions peinent à se mettre d’accord sur la tenue d’une simple conférence de presse commune entre Infantino et le vainqueur du scrutin du 16 mars.

La CAF attaquée sur son sol

Enfin, au-delà des tracas politiques, la Confédération africaine de football doit gérer des problèmes judiciaires. En effet, elle est depuis deux mois la cible d’une action en justice en Egypte où se trouve son siège. L’autorité locale de la concurrence a demandé le renvoi d’Issa Hayatou et du Secrétaire général de la CAF, Hicham El Hamrani, devant la cour économique pour le supposé non-respect du principe de concurrence dans le cadre de la commercialisation des droits médias et marketing du football africain.

La CAF a confié la gestion de ces droits à la société Sportfive (devenue Lagardère Sports) jusqu’en 2028 contre 1 milliard de dollars. Or, ce deal est contesté par la société égyptienne de marketing Presentation qui assure que la CAF l’a empêchée de soumettre une offre, et ce pour protéger la position de Sportfive. « L’évocation de la moindre irrégularité dans cet accord commercial est dénuée de tout fondement et rejetée avec véhémence », a indiqué la CAF dans un communiqué.

« Tout ça, c’est très compliqué »

Un dossier de plus dont la Confédération se serait bien passée, elle qui comptait célébrer un 60e anniversaire sans nuage, au siège de l’Union africaine. « Les gens ne comprennent pas que ce qui se passe en ce moment à la CAF, c’est très compliqué, glisse un fin connaisseur de la Confédération. Mais tout ça est passionnant ».
 
MOTS CLES :  Caf   Foot Africain   Addis Abeba 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Bruxelles : grande rencontre d'artistes-peintres africains
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués