DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Congo-Brazza : Sale temps pour les prisonniers politiques

Par Christophe Sessou - 06/03/2017

Par Christophe Sessou

 

L’opposition politique congolaise est l’objet de persécutions de la part du pouvoir depuis la présidentielle de 2009. Les opposants sont arrêtés, incarcérés et parfois périssent sans être soignés. Après le décès en détention du colonel Marcel Ntsourou, c’est l’état de santé de l’ex-candidat à la présidentielle de 2009, Modeste Boukadia qui inquiète. Ajouté au cas de Jean Marie Michel Mokoko et d’André Okombi Salissa, aussi emprisonnés, il est légitime de se poser des questions sur la légitimité de ces incarcérations.

Feu colonel Marcel Ntsourou, Modeste Boukadia, Jean-marie Michel Mokoko et André Okombi Salissa. Ce sont là des hommes politiques qui sont dans le collimateur du président congolais, Denis Sassou Nguesso, à l’exception du premier qui est récemment décédé en prison. Le dénominateur commun de ces détenus est qu’ils sont tous des opposants politiques. Ils sont pour la plupart, des candidats à une élection présidentielle dont les résultats officiels, attribuant la victoire au président congolais, ont été contestés. Ils ont ensuite été accusés d’atteinte à la sûreté de l’Etat. Le dernier point commun à ces hommes, est qu’ils sont des prisonniers politiques.

Mais derrière l’appellation de prisonnier politique au Congo Brazzaville, se joue un drame qui échappe aux défenseurs des droits de l’homme. Il n’est pas rare que des détenus politiques soient battus, torturés et ensuite privés de soins au cours de leur séjour carcéral. Si les causes de la mort du colonel Marcel Ntsourou restent encore à élucider, c’est la maladie du détenu politique, Modeste Boukadia qui inquiète ses partisans. L’ex candidat à la présidentielle de 2009, condamné par contumace en 2014 à 30 ans de travaux forcés, puis arrêté et emprisonné à Pointe-Noire depuis un an, est depuis plus d'un mois hospitalisé dans une clinique privée.

 


© Droits reservés
Son entourage exige que le détenu soit évacué, assurant que cet établissement n'est pas en mesure de lui apporter les soins nécessaires. Me Senga, l'avocat congolais de Modeste Boukadia, dit aussi avoir saisi trois fois le parquet pour réclamer l'évacuation en France de son client. "Les deux premières demandes", dit-il, "sont restées sans réponse". "La dernière date du 25 janvier", enchaîne-t-il. Jusque-là, elle est restée sans suite puisque le ministre de la Justice, Pierre Mabiala, dit avoir demandé une contre-expertise médicale avant de statuer.

Pendant ce temps, le supplice de l’opposant continue, loin des radars des organisations internationales pour la défense des droits de l’homme. Au vu de tous ces éléments, il faut reconnaître que faire l’opposition au Congo Brazzaville, c’est commettre un crime de lèse-majesté. Et le massacre silencieux se poursuit dans les geôles de Pointe-Noire ou de Brazzaville.
 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

Bruxelles : grande rencontre d'artistes-peintres africains
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués