DéBATS & OPINIONS  |     KIOSQUE  |    

Pourquoi Brazzaville a rappelé 16 de ses ambassadeurs

Par Trésor Kibangula - 08/02/2017

Par Trésor Kibangula

 

Conséquence de la crise économique qui frappe le pays de plein fouet ou besoin de redynamiser la diplomatie congolaise ? Depuis le rappel à Brazzaville de 16 ambassadeurs, chacun y va de son commentaire. Qu'en est-il vraiment ?

[i « Sur instruction du président de la République, je vous notifie la cessation de vos fonctions, en qualité d’ambassadeur […] et de votre rappel définitif. »] C’est avec cette formule on ne peut plus lapidaire que Jean-Claude Gakosso, ministre congolais des Affaires étrangères, a introduit ses 16 notes de services, envoyées à 16 chefs de représentations diplomatiques congolaises dans le monde.

Dans cette lettre interne datant du 25 janvier et dont www.dac-presse.com a pu consulter une copie, le chef de la diplomatie congolaise demande également aux personnes concernées « de prendre les dispositions usuelles » relatives à leur retour au pays.

Les 16 rappelés

Parmi les ambassadeurs rappelés, toutes affaires cessantes, à Brazzaville, neuf étaient basés sur le continent : Marie-Thérèse Avemeka (Namibie), Valentin Olessongo (Maroc), Célestine Kouakoua (Guinée équatoriale), Jean-Marie Mowele (Nigeria), Pierre Michel Nguimbi (Sénégal), Raphaël Malonga (Égypte), Gabriel Entcha Ebia (Centrafrique), Jean-Baptiste Dzangue (Angola) et Gisèle Bouanga Kalou (Cameroun).

Jean-Marie Adoua, ambassadeur et délégué permanent du Congo-Brazzaville auprès de l’Unesco, est également appelé à faire ses cartons. Il en est de même de Jacques Yvon Ndolou (Allemagne), Luc Okio (Suisse), Félix N’goma (Inde), Aimé Clovis Guillond (Russie), Pascal Onguiembi (Cuba) et Roger Julien Menga (Belgique).

« Pour pallier ce vide, certainement préjudiciable au Congo, de nouveaux chefs de mission pourraient être promus prochainement », indique une source diplomatique congolaise. Mais quand ? « C’est du ressort du chef de l’État », répond Francis Wabout, directeur de l’information au ministère congolais des Affaires étrangères. [i « En tout cas, la procédure est enclenchée, assure-t-il. Sur l’instruction du président de la République, le ministre [Jean-Claude Gakosso] a déjà accompli sa tâche. »]

À l’en croire, les 16 ambassadeurs ont été rappelés après une « espèce d’autopsie de l’action diplomatique du Congo » par le ministre Gakosso, arrivé aux affaires en août 2015. « De ce travail, il ressort plusieurs constats, notamment le vieillissement de certains chefs de mission, une présence en poste trop longue (entre dix et vingt ans), contrairement à la règle qui fixe le mandat des diplomates à quatre ans, et l’inefficacité », poursuit-il.

 


© Droits reservés
« Nouvelle carte diplomatique »

Vont-ils tous été remplacés ? Pas si sûr. « Nous travaillons sur une nouvelle carte diplomatique du Congo. En tenant compte des charges financières et de la qualité des rapports avec le pays hôte, certaines ambassades vont être maintenues ou fermées et certains ambassadeurs rappelés. S’ils remplissent les critères, ils pourront être redéployés ailleurs », confie Francis Wabout.
Comme au Rwanda en juillet, le Congo-Brazzaville compte ouvrir ses représentations diplomatiques dans d’autres pays. Notamment en Corée du Sud où, pour l’instant, Daniel Owassa, ambassadeur congolais en Chine, couvre ce « partenaire stratégique que le ministre Gakosso a visité en novembre 2016 », relève le directeur de l’information au ministère congolais des Affaires étrangères.

Des études sont également en cours pour une installation prochaine, « par réciprocité », d’une représentation diplomatique congolaise au Venezuela, ce pays ayant déjà une ambassade au Congo-Brazzaville. Le Canada et l’Australie font aussi partie des nouvelles priorités pour la diplomatie congolaise.
Restrictions budgétaires

Inversement, d’après nos informations, certaines ambassades du Congo-Brazzaville, à l’instar de celles installées au Japon ou en Suède, pourraient être rayées de cette nouvelle carte diplomatique. La crise économique est passée par là.


Depuis la chute du baril de pétrole, le Congo-Brazzaville vit au rythme de restrictions budgétaires. Le taux de croissance s’est situé en dessous de la barre des 2% en 2016 contre 2,3% l’année précédente, selon les prévisions du Fonds monétaire internationale (FMI). Et le pays a réduit son budget de 10% en 2016. Une situation qui n’est pas sans incidence sur le bon fonctionnement des chancelleries congolaises à l’étranger.
 
MOTS CLES :  Congo Brazzaville   Ambassadeurs 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Encouragement

Par Diang

09/02/2017 09:04

Je suis ravi de votre site et la qualite des vos informations

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

A savoir

  • Auteur: Trésor Kibangula
  • Source: dac-presse.com
  • Les opinions et analyses présentées dans cette rubrique n'engagent que leurs auteurs et nullement la rédaction de journaldebrazza.com
  • journaldebrazza.com n'est pas responsable des affirmations qui y sont présentées et se réserve le droit de modifier ou de retirer un article qui diffamerait, insulterait ou contreviendrait au respect des libertés publiques.

Agenda - événements

Festival tuSeo 10e édition
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués