POLITIQUE  |     INTERNATIONAL  |     AFRIQUE  |    

Second tour de la primaire à gauche: le PS à la croisée des chemins

Par rfi - 23/01/2017

Le deuxième tour de la primaire à gauche opposera donc Benoît Hamon, arrivé en tête à Manuel Valls, qui se retrouve désormais en position de challenger

 

Au-delà du nom du candidat, l'enjeu est un choix entre deux orientations pour le Parti socialiste. Même si la politique, ce n'est pas que de l'arithmétique, l'addition des scores de Benoît Hamon et d'Arnaud Montebourg, qui s'est immédiatement rallié à lui, cela fait déjà une majorité de voix pour l'emporter dimanche prochain.
Manuel Valls n'a donc pas d'autre choix que de se montrer offensif.

C'est d'ailleurs ce qu'il a fait en attaquant son adversaire de front aussi bien sur la laïcité, sur la crédibilité des programmes que sur la valeur travail. « Il faut être fort en regardant la réalité dans les yeux, pas en imaginant je ne sais quelle mesure qui ne sera pas opérationnelle et qui par ailleurs ruinerait le pays. 350 ou 400 milliards d'euros, c'est plus d'impôt, plus de déficit, plus de dette », a-t-il encore martelé ce lundi matin.

Théorie des gauches irréconciliables

Pour l'ancien Premier ministre, le choix est entre la défaite certaine et la victoire possible. Cela ressemble au grand retour de la théorie des gauches irréconciliables sur laquelle il avait semblé reculer pendant la courte campagne.

Cela pose question du rassemblement à l'issue du second tour et le débat de mercredi soir devrait donner quelques indications intéressantes là-dessus.

Benoît Hamon, de son côté, se veut serein. Il doit désormais plutôt apparaître comme le rassembleur, l'homme de l'avenir avec un programme très à gauche et des innovations comme le revenu universel, sa mesure emblématique.

 


© Droits reservés
« Vieille politique »

Interrogé sur les propos de Manuel Valls, qui a estimé qu'une candidature de Benoît Hamon à la présidentielle conduirait à « la défaite assurée », Hamon a rétorqué, sur France Inter que « tout ça, c'est de la vieille politique » : [i « Ce genre d'arguments [...], je le lui laisse. Je n'ai pas dénigré qui que ce soit dans cette campagne. Je ne procède pas par oukases, je suis ravi de débattre avec lui. J'espère qu'il aura un deuxième argument. »]
L'ex-ministre de l'Education nationale a poursuivi : [i « Il y a un message assez clair qui a été passé hier, à la fois parce que les électeurs m'ont placé en tête [...], et parce qu'ils ont donné aussi un score important à Arnaud Montebourg. »]

La réforme du PS dans le viseur

L'avenir, mais pas forcément l'avenir immédiat et l'élection du printemps, pour laquelle les enquêtes d'opinion accordent peu de chances au candidat socialiste quel qu'il soit. C'est plutôt la reconstruction de la gauche qui semble désormais semble visée par les ténors du PS.
 
MOTS CLES :  Benoît Hamon   Primaire   Second Tour   Manuel Valls 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

Bruxelles : grande rencontre d'artistes-peintres africains
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués