POLITIQUE  |     INTERNATIONAL  |     AFRIQUE  |    

Conflit libyen : vers la tenue d'un sommet du Comité de haut niveau à Brazzaville

Par JDB source adiac-congo.com - 20/01/2017

En prélude à cet évènement, le ministre des Affaires étrangères, Jean-Claude Gakosso, au acours d’un point de presse jeudi 19 janvier a évoquer les raisons de la tournée dans des pays concernés

 

Dans le cadre des préparatifs du Sommet du Comité de haut niveau sur la Libye que préside le chef de l’Etat congolais, Denis Sassou N’Guesso, annoncé pour le 27 janvier à Brazzaville, le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger, Jean-Claude Gakosso, a animé un point de presse jeudi pour évoquer les raisons de la tournée qu’il a effectuée dans des pays concernés par le règlement du conflit libyen.

« La complexité du conflit libyen suggère que ce soit des démarches consensuelles et non des approches solitaires », a déclaré le chef de la diplomatie congolaise qui est rentré le même jour de l’Afrique du Sud, dernière étape de cette tournée. « C’est pour cela que le président Denis Sassou N’Guesso se préoccupe d’avoir ses pairs à ses côtés », a ajouté Jean-Claude Gakosso pour justifier l’importance de sa mission dans les pays visités, notamment ceux formant le Comité de haut niveau sur la Libye et les pays limitrophes de la Libye.

Le ministre a relevé qu’il fallait « harmoniser les agendas » avec les chefs d'Etat pour trouver une date qui convienne à tout le monde. Et c’est celle du 27 janvier à Brazzaville qui aurait été retenue pour « défricher le terrain sur cette question complexe du conflit libyen », a précisé le ministre, ajoutant que ce conflit complexe « nécessite une diplomatie attentive, intelligente et patiente ». Un travail auquel les chefs d’Etat vont s’adonner dans la capitale congolaise.

 


© Droits reservés
Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger, Jean-Claude Gakosso.
« Nous sommes allés au Caire, en Tunisie (…), et nous avons échangé avec les autorités. Partout où nous sommes passés, nous avons été bien reçus et le message du président Denis Sassou N’Guesso était bien accueilli », a assuré Jean-Claude Gakosso. « Il fallait que les acteurs concernés : l’Algérie, le Niger, le Soudan, l’Egypte et la Tunisie soient également parties prenantes dans la démarche », a poursuivi le ministre des Affaires étrangères, qui a annoncé également la participation d’autres personnalités dont le président en exercice de l’Union africaine, Idriss Déby Itno, chef de l’Etat tchadien.

Rappelons que le Comité de haut niveau sur la Libye institué par l’UA est formé de cinq pays : l’Afrique du Sud, l’Ethiopie, le Niger, la Mauritanie et la République du Congo.
 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Les rythmes bantou en spectacle
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués