CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

« Hybride » fait son avant-première à Brazzaville

Par JDB source adiac-congo.com - 09/01/2017

Le long métrage d’une heure et vingt-six minutes parle d’un homme et de sa vie qui se déroule dans le même temps mais pas dans le même espace

 

Le film du congolais Ori Huchi Kozia réalisé par Amour Sauveur a été présenté vendredi 6 janvier dans une salle de l’Institut français du Congo presque comble, malgré la pluie. L’engouement transporté par l’affiche du film et le synopsis ont réussi à « fractionner » les cinéphiles sur une intrigue surréaliste et insolite pour le cinéma congolais.

Le long métrage d’une heure et vingt-six minutes parle d’un homme et de sa vie qui se déroule dans le même temps mais pas dans le même espace. C’est dans un univers presque féérique que les scènes se déroulent, et découpées en plusieurs chapitres chacun avec son aventure. Le seul raccord que laisse apercevoir l’auteur du film, c’est semble-t-il, le tableau d’une société où règnent occultisme, pouvoir, trahison, infidélité et pauvreté. Mais Ori Uchi Kozia ne peint pas les travers de cette société avec les images d’un cinéma accessible. Le cinéaste a choisi le surréalisme, préférant la métaphore pour interpeller l’imagination de chacun.

« C’est juste un univers que j’ai voulu représenté, un univers chaotique et complètement décalé. Et ce film n’a pas un préambule qui annonce comment les choses vont se passer », s’est-il justifié à la fin de la projection du film, lorsque les spectateurs ont voulu comprendre sa motivation.

Il est clair que les scènes étendues et parfois rêveuses, l’absence de spontanéité habituelle au cinéma actuel, l’insistance de la caméra sur les objets, l’audace des dialogues, le tout déposé sur une espèce d’esthétique du chaos ont montré un nouveau cinéma encore indigeste chez les cinéphiles congolais.

 


© Droits reservés
Pourtant l’auteur a assuré « assumer » ce choix. « Il n’est pas question pour moi de faire des films complètement compréhensibles à tout un chacun. J’ai envie de faire des choses nouvelles et de créer de nouvelles façons de faire des choses. Envie d’aller loin que la plupart des choses que nous faisons au cinéma surtout ici au Congo », a affirmé Ori Uchi Kozia.

Un choix finalement ancré dans la vision du jeune cinéaste qui éprouve le plaisir d’un cinéma expérimental. Ses films, comme le décrit un résumé sur l’auteur, « interrogent le sens des choses, notre rapport au monde, à l’art et à nous-même ».

Présenté à l’IFC de Brazzaville, le long métrage a bénéficié de la participation d’une vingtaine d’acteurs congolais au talent perceptible, Sorel Boulingui, Harvey Massamba, Cleyde Ntari, Louis Moumbounou, Fred Balekita, Herve Massamba Mafioti, Nicolas Moumbounou, Dodelvia Itoua. Le film a été projeté à Pointe-Noire samedi 7 janvier.
 
MOTS CLES :  Hybride   Long Métrage   Brazzaville   Ori Huchi Kozia 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Fally Ipupa à Brazzaville pour ses 10 ans de carrière
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués