ECONOMIE  |     BUSINESS  |    

Congo-Brazzaville: crise économique

Par rfi - 30/12/2016

Le Congo et ses quatre millions d'habitants sont touchés par une crise économique due à la baisse des coût du pétrole, sa principale ressource

 

Comme les autres pays à travers le monde, le Congo-Brazzaville doit organiser le 31 décembre le réveillon de la Saint-Sylvestre pour passer au Nouvel An 2017. Mais de nombreux citoyens se plaignent du manque d'argent pour passer la fête en beauté. Le Congo et ses quatre millions d'habitants sont touchés par une crise économique due à la baisse des cours du pétrole, sa principale ressource. 2016 a été vécue difficilement sur le plan socio-économique par les Congolais qui nourrissent l'espoir de voir le pays redécoller.

Après avoir offert, non sans peine, des jouets et autres cadeaux aux enfants pendant la fête de Noël, c'est sans enthousiasme que des responsables de certains foyers s'apprêtent à organiser le réveillon de la Saint-Sylvestre.

Ils se plaignent du manque d'argent qui circule difficilement dans le pays. « L'argent manque. Je n'ai rien. Mais, il y a la crise au Congo. Je la sens très bien. Il n'y a pas d'argent. L'argent ne circule pas », affirme un Brazzavillois. [i « Je suis un habitué des fêtes. Je ne suis pas enthousiasmé. Je ne me laisse pas emporter. Chez les autres, je ne vois pas non plus aussi [de l'enthousiasme] », raconte un autre.

Selon un pensionné, « les moyens [pour fêter] dépendent des foyers. Je suis pensionné et j'attends toujours la pension qui n'est pas payée. On se débrouille comme on peut. C'est connu de tout le monde : avec la baisse du prix de pétrole, il y a une répercussion au niveau des foyers. »]

 


© Droits reservés
Cumuler les jobs

Dans d'autres foyers, c'est depuis plusieurs semaines que des dispositions ont été prises pour préparer la fête du Nouvel An. Pour mieux joindre les deux bouts et s'occuper de sa famille pendant cette période des fêtes, Gisèle Mambouana, 42 ans, ne se contente plus de son métier d'hôtesse. Elle a ouvert son propre restaurant et semble faire de bonnes recettes.

[i « Nous sommes là, se réjouit-elle, et nous faisons notre recette. Partout on dit qu'il n'y a pas d'argent, mais nous ne voyons pas les choses de la même façon parce que chez nous ça marche. Vous savez, une fête ne se prépare pas la veille, mais elle se prépare bien avant. Nous avons pris nos précautions plus tôt, et la nourriture [que nous avons à notre disposition] est celle que nous mangeons tous les jours. La fête de Noël est passée et nous voyons toujours les Congolais en mouvement. Nous espérons bien pour le réveillon de la Saint-Sylvestre. »]

Sur le plan socio-économique, le Congo a vécu une situation particulièrement difficile en 2016 en raison de la baisse du prix du pétrole, sa principale ressource. 2017 ne s'annonce pas trop sous de bons auspices : le budget de l'Etat va encore connaître un déficit, comme l'explique Calixte Nganongo, ministre des Finances : « Le budget 2017, et celui de 2016 sont très resserrés du fait de notre recherche effrénée des équilibres financiers qui nous permettraient de repartir sur de bons pieds. »

C'est en 2018 que le pays pourrait redécoller avec l'augmentation de la production pétrolière qui passera d'environ 250 000 à 300 000 barils par jour, selon les prévisions.
 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Festival tuSeo 10e édition
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués