CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

Le festival « Images et histoire » à l’Institut Français du Congo

Par Journaldebrazza.com source adiac-congo.com - 10/05/2016

Au menu, plusieurs conférences visant à approfondir les enjeux mémoriels, la fabrication des légendes, les intrications entre explorations et abolition de l’esclavage et autres

 

Le troisième festival « Images et histoire » s’est ouvert, le samedi 7 mai 2016, à l’Institut Français du Congo (IFC) sur le thème : « L’Afrique des explorations et des explorateurs ». Sa clôture interviendra le 14 mai prochain.

Au menu de ce festival, plusieurs conférences visant à approfondir les enjeux mémoriels, la fabrication des légendes, les intrications entre explorations et abolition de l’esclavage, entre exploration et colonisation. Dans ce cadre Savorgnan de Brazza et Stanley sont incontournables.

Le festival a été ouvert par Christophe Figuéréo, enseignant à l'école française Saint Exupéry de Brazzaville suivi de la projection d’un film de 1940, notamment la première partie de La fabrication des héros: Pierre Savorgnan de Brazza « Brazza ou l’épopée du Congo » de Léon Poirier.

Ce film s’inscrit dans deux dynamiques complémentaires : celle de la construction d’une légende, elle-même partie intégrante du « roman national » français : la production hagiographique concernant Savorgnan de Brazza sera pléthorique, de son vivant (Brazza se prêtera d’ailleurs volontiers à une mise en scène nourrissant l’imaginaire des lointains et du geste héroïque et faisant de lui « un saint laïc ») et post-mortem (ses funérailles consacrèrent la béatification laïque de ce martyr en cimentant l’unité nationale) ensuite celle d’une production cinématographique qui révèle dans les années 1930 une culture coloniale entremêlant exotisme et construction d’une altérité (parfois négative).

« Inventant » l’indigène. C’est une focale sur ce processus d’héroïsation, ses modalités, ses acteurs et ses étapes à travers le cinéma colonial que nous convie l’étude du film de Léon Poirier. Elle sera arqueboutée à une nécessaire contextualisation du personnage et du film : Contexte d’une IIIème République qui cherche à s’enraciner dans le dernier tiers du siècle : la presse française à gros tirage façonnant une communauté nationale autour des héros charismatiques après l’humiliation de la guerre franco-prussienne et la perte de l’Alsace-Lorraine ; l’établissement d’un protectorat sur le Congo ouvrant le champ aux rivalités internationales dans cette partie du monde et rendant nécessaire la convocation d’une conférence à Berlin qui exacerbe les nationalistes et conduit à une « course au clocher » ; Contexte des années 1930 : celui des certitudes cristallisées autour d’une idéologie coloniale que met en œuvre l’exposition de Vincennes de 1931, théâtre des colonies de « la plus grande France ».

C’est dans ces héritages que s’élabore le film de Léon Poirier : le regard réducteur sur l’indigène et son environnement et autant de séquences (le traité avec le Makoko Ilo, la confrontation de ce « conquérant pacifique », « libérateur d’esclaves » et « apôtre de l’humanité et de la civilisation » avec « Boula Matari » doté de moyens considérables par le roi Léopold II) contribuent à construire un héros national et une rhétorique glorifiant, volens nolens, l’empire colonial, empire plus que jamais utile au moment où la France entre en guerre contre les puissances de l’axe.

 


© Droits réservés
Le programme complet du festival

Le mardi 10 mai : (conférences dans la salle André Gide)
-14h : « Savorgnan de Brazza : figure d’un explorateur au Congo » par Jean Pierre Bat
-16h : « Les explorateurs et le bassin du Lac Tchad » par Vincent Hiribarren
18h : « Entre imaginaire de soi et représentations du monde, Pierre Savorgnan de Brazza et l’exploration du Congo » par Bélinda Ayessa.

Le mercredi 11 mai

-14h : « Résistances, conquête et domination coloniales en Afrique centrale. Le cas du Congo (XIXè-XXè siècles) » par Etanislas Ngodi
-16h : « La promotion des héros coloniaux français et britanniques à travers les médias et l’édition » par Berni Sebe
-18h : « L’histoire de Mabiala Ma Nganga et Boueta MBongo, deux histoires de résistances locales à la colonisation ».

Le jeudi 12 mai

- 10h- 12h : Rencontres lycéennes et universitaires au lycée Saint-Exupéry élèves de 1ère Es et élèves de 4ème sur : Penser l’outil cartographique : la carte et la représentation des explorations et du fait colonial (V. Hirribarren) ; Manipuler un « document patrimonial » : le traité avec le Makoko Iloo de 1980 (J.P. Bat) ; Sémiologie de l’image : Savorgnan de Brazza sur la première page du Petit Journal : « Stanley, Boula matari pose » (B. Sèbe).
-15h-17h : Table ronde à la Librairie Les Manguiers (Les Dépêches de Brazzaville) avec Hiribarren Vincent, Berny Sèbe, Bat Jean-Pierre

Le vendredi 13 mai

Rencontres lycéennes et universitaires : Elèves de 1ère ES et visite du Mémorial Savorgnan de Brazza et du Musée-galerie des Dépêches de Brazzaville.

Le samedi 14 mai

Clôture du festival avec la projection de la deuxième partie de La fabrication des héros : l’explorateur et Hollywood, un film de 1990 aux « Sources du Nil » de Bob de Rafelson.
 
MOTS CLES :  Institut Français Congo   Festival   Images   Histoire   Légendes 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

Fima : la 5e édition aura lieu en mars
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués