CINéMA & THéâTRE  |     LIVRES  |     MUSIQUE   |     ARTS  |    

Dieu Dzambi signe « le phénomène des opérateurs économiques au Congo »

Par adiac-congo.com - 04/05/2016

L’ouvrage de 84 pages dévoilent les pratiques telles que la corruption, l’escroquerie et bien d’autres, a été présenté au public le 30 avril à Brazzaville

 

Publiée aux éditions Edilivre, la poésie didactique de Dieu Martin Dzambi dévoile les mauvaises pratiques, corruption, escroquerie, népotisme, occasionnées par des opérateurs économiques indélicats. L’auteur, de nationalité congolaise, invite par ailleurs les lecteurs à un « jugement impartial ».

L’ouvrage pédagogique de 84 pages a été présenté officiellement au public, le 30 avril dernier, à Brazzaville. Dans Le phénomène des opérateurs économiques au Congo, l’auteur dénonce surtout le mode d’emploi des entrepreneurs et commerçants étrangers ou locaux en vue d’obtenir des marchés publics. Ces mauvaises pratiques à savoir, la corruption, le népotisme et bien d’autres immoralités, à en croire le sociologue Dieu Martin Dzambi, ne font que ternir l’image des opérateurs économiques.

Ces derniers ne sont pas les seuls. L’écrivain retient en partie la responsabilité des pouvoirs publics. Les agents de l’Etat, les contrôleurs et surveillants des marchés, sont cités dans ces mauvaises pratiques. « Il s’agit ici de renvoyer à l’Etat sa part de responsabilité dans l’existence des éléphants blancs et dans les comportements néfastes des opérateurs économiques », commente l’écrivain.

 


© Droits réservés
Dieu Martin exhorte à cet effet les pouvoirs publics, ceux qui ont la charge de faire respecter la loi, à prendre leur responsabilité. « S’il existe des lois de société, c’est pour discipliner les hommes.
Une société qui n’applique pas la loi est vouée à l’anarchie »
, rappelle-t-il, invitant toutes les couches sociales et les décideurs à promouvoir la notion de « jugement impartial ». Car, poursuit-il, ce concept est fondamental pour la société congolaise. Le jugement impartial dont il est question ici, est purement scientifique fondé sur l’objectivité sans aucun parti pris.

Mais pourquoi l’auteur a-t-il choisi la poésie didactique, un genre littéraire qui tend à disparaitre plutôt qu’un essai plus adapté à ce sujet ? S’interroge-t-on. En prêtant sa plume à un pédagogue, Dieu Martin Dzambi dévoile les revers de la société congolaise. « L’auteur prouve à travers cet ouvrage que non seulement le rôle d’un intellectuel est de dénoncer les maux qui gangrènent sa société, mais également d’en proposer des solutions », indique la critique Ninelle Balinda.

Diplômé de sociologie et âgé de 23 ans, l’auteur montre comment tous les bâtiments naissant au Congo-Brazzaville, ne sont pas toujours des produits du vol. « Ce livre est le résultat d’une enquête sociologique en rapport avec les activités des opérateurs économiques », conclut Dieu Martin Dzambi.
 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Fally Ipupa à Brazzaville pour ses 10 ans de carrière
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués