POLITIQUE  |     INTERNATIONAL  |     AFRIQUE  |    

Alain Mabanckou: « je supplie les béninois de nous apprendre la démocratie »

Par Journaldebrazza.com source lanouvelletribune.info - 01/04/2016

L’écrivain congolais dénonce le processus électoral et trouve que le peuple Congolais n'a pas le soutien de la communauté internationale

 

Les élections au Congo n'ont pas été des plus transparentes. La calamiteuse gestion des comptages de voix semble avoir conduit le président Sassou directement dans le fauteuil présidentiel après avoir modifié la constitution.

Cette crise post-électorale semble même faire douter la France, partenaire légendaire du Congo, au point où le parti au pouvoir a critiqué avec véhémence le déroulement de ces élections.

Les artistes et autres personnalités ne sont pas non plus insensibles à ce qui se passe au Congo. Quand certains, comme Koffi Olomidé , soutiennent Sassou, d'autres comme Alain Mabanckou grand écrivain congolais originaire de Pointe Noire, dénonce sans ménagement le processus électoral, quitte à faire une comparaison avec le système démocratique béninois. Dans les colonnes du journal français le Point, Alain Mabanckou a affiché son point de vue :

 


© Droits réservés
L'écrivain franco-congolais, Alain Mabanckou.
« J'ai souffert de la décision unilatérale et incompréhensible des autorités congolaises de bloquer les moyens de communication, comme si nous étions en Corée du Nord ou en Chine. (...)Le Bénin compte presque 11 millions d'habitants, cela leur a pris à peine une journée et demie pour compter (en toute transparence) les voix tout en tenant les citoyens au courant de l'avancement des décomptes. Au Congo-Brazzaville, avec moins de 4 millions d'habitants, cela a pris quatre jours et dans les ténèbres les plus absolues téléphone, radio et réseaux sociaux coupés au point de ne pas avoir besoin de sortir de Science Po ou de l'École des Mines pour comprendre que des mains invisibles essayaient de retourner les choses à leur avantage. Les Béninois nous avaient appris autrefois la pêche sur l'océan Atlantique, à Pointe-Noire, je les supplie de nous apprendre aussi les règles de la démocratie…» a-t-il déclaré

Pour lui, le peuple Congolais n'a pas le soutien de la communauté internationale. Le président Sassou face à l'appel à la désobéissance civile, il a décidé récemment de licencier tous les membres de l'administration qui ont suivi cet appel.
 
MOTS CLES :  Alain Mabanckou   écrivain   Démocratie   Présidentielle   Congo 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

" VOUS AVEZ RAISON!"

Par IGOR

01/04/2016 20:10


Comme vous, où je suis loin du Congo,dans le Pacifique, j'ai parlé à mes collègues du meilleur visage selon moi que le Bénin, le Sénégal donnaient de l'Afrique en matière d'alternance politique.Un premier ministre en fonction, candidat à l'élection présidentielle qui téléphone à son concurrent pour le féliciter en reconnaissant qu'il a été battu après que le président se soit retiré après ses mandats, sans tripatouiller la constitution pour essayer de s'accrocher au pouvoir comme une huître à son rocher. En effet monsieur Mabanckou,je supplie les béninois , les sénégalais de nous apprendre la démocratie. Je supplie tout autant le vaillant peuple burkinabé de nous apprendre comment se rassembler et s'organiser autour d'un idéale commun, la patrie, pour chasser un dictateur sanguinaire et corrompu afin d'apaiser la société .Pitié, venez à notre secours!

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

Festival tuSeo 10e édition
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués