POLITIQUE  |     INTERNATIONAL  |     AFRIQUE  |    

Débat sur la Constitution : la DRD suspendue à son Conseil national

Par Josiane Mambou Loukoula - 05/02/2015

Comme bon nombre des partis de la majorité présidentielle, la Dynamique républicaine pour le développement (DRD), se prononcera après décision du Conseil national.

 

Le porte-parole de cette formation politique, Albert Malonga l’a affirmé, le 5 février à Brazzaville, à l’issue de la séance de travail avec le Parti congolais du travail (PCT), première force de la majorité présidentielle. S’étant abstenu lors de la signature de la déclaration du 20 janvier appelant au changement de la Constitution, ce parti allié au PCT entend entamer une démarche conforme à celle de ses textes, avant de se prononcer. Ainsi le parti a sollicité le mandat du Conseil national pour donner sa position sur la question.

 

« Ce n’est pas un refus, ni même une tergiversation, mais simplement le respect des procédures. Le bureau politique n’a pas mandat d’engager le parti pour la signature d’une déclaration. Nous avons une démarche, celle de convoquer notre conseil national. Après, le conseil déterminera la position du parti », a déclaré Albert Malonga, avant de se montrer favorable au dialogue, « Nous voulons que tous les problèmes de notre pays trouvent des solutions au moyen du dialogue. Nous soutenons le dialogue, car il est obligatoire. C’est la seule modalité de sortie pour trouver une solution pacifique. Le refus de dialogue dans notre pays a déjà causé beaucoup de dégâts ».

 


© droits réservés
Albert Malonga, Porte-parole de la DRD
Outre cette question, les deux parties ont planché sur les accords politiques, avant de faire un bilan à mi-parcours. Contrairement à certains partis de la majorité qui se montrent encore réticent, les sages du Kouilou ont signé, peu avant cette rencontre, le manifeste appelant au changement de la Constitution du 20 janvier 2002. Le président des sages de ce département, Jean-Baptiste Goma Mavoungou est venu matérialiser, avec sa suite, la volonté des sages du Kouilou. « En conclave les 11 et 12 juillet à Diosso, tous les ressortissants du Kouilou, de façon unanime s’étaient prononcés pour le changement de la Constitution. Nous sommes donc venus confirmer cette position », a conclu Jean-Baptiste Goma Mavoungou.
 
MOTS CLES :  Débat   Constitution   Suspendue   Malonga   Tergiversation 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Fima : la 5e édition aura lieu en mars
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués