SOCIéTé  |     FAITS DIVERS  |    

Jean Marie Tassoua éclaire l’opinion sur la tentative de son assassinat à Impfondo

Par Christian Brice Elion - 18/10/2014

Le président du Conseil économique et social (CES), a éclairé le 15 octobre à Brazzaville, la lanterne du public sur la tentative d’assassinat dont il a été victime.

 

Selon Jean Marie Tassoua, c’est dans la nuit du 22 au 23 septembre dernier à Impfondo dans le département de la Likouala qu’il a échappé à la mort. A son avis, les assaillants étaient arrivés avec des armes de guerre à son domicile d’Impfondo, alors qu’il l’avait quitté en début de soirée pour l’Ibenga, à 86km du chef-lieu de la Likouala, où il réalise des activités agropastorales depuis son retrait du gouvernement en 2002. Quand ces assaillants ont remarqué la présence du gardien, a expliqué M. Tassou, ils ont décidé de prendre la clé des champs tout en larguant des explosifs à la fenêtre de sa chambre à coucher qui ont endommagé le lit, le plafond et d’autres compartiments de la maison.

 


© droits réservés
Le président du Conseil économique et social, Jean Marie Tassoua a expliqué lors d'une conférence de presse comment il a échappé à la mort
«Informé de la situation, le lendemain j’ai saisi les autorités policières. Onze jours plus tard, de passage à Impfondo, je rencontre le colonel de police en charge de l’enquête qui me dit que mes agents civils et militaires seraient mécontents de leurs salaires. Mais, mes agents étaient avec moi à l’Ibenga. Je lui ai dit d’arrêter l’enquête, ce n’est pas ça la République. La République, c’est le respect des valeurs cardinales. J’ai porté plainte pour tentative d’assassinat. Pensez-vous que je peux faire quelque chose pareil pour amuser la galerie? Je tirerais toutes les leçons, ça ne peut pas passer comme une lettre à la poste», a-t-il dit.

 

Père de neuf enfants dont une seule fille, M. Tassoua a fustigé l’usage d’armes de guerre comme moyen d’actions politiques. Pour lui, le débat contradictoire est une chose saine parce qu’il crée le mouvement qui engendre le développement. «Je suis un enfant de la Likouala, je n’ai pas de problèmes avec mes frères du département. Seulement, on a quitté le terrain politique pour attaquer le terrain de la guerre. La violence est une chose atroce qu’il faut oublier. Je ne suis pas un assassin», a-t-il renchéri, s’opposant à la provocation. Interrogé par la presse sur l’aboutissement de sa plainte, M. Tassoua a répondu que «c’est toujours mieux de laisser le droit s’exprimer. Je suis persuadé que quelqu’un d’intelligent ne peut pas faire ce qui a été fait chez moi. C’est des petites gens sans envergure qui ont fait un jeu dangereux. Je fais confiance à la justice et à la force publique de mon pays».
 
MOTS CLES :  Tassoua   éclaire   Opinion   Tentative   Assassinat   Impfondo 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

Bruxelles : grande rencontre d'artistes-peintres africains
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués