SOCIéTé  |     FAITS DIVERS  |    

Un chef de gang de présumés braqueurs, arrêté par la police

Par Journaldebrazza - Source: La Semaine Africaine - 03/10/2014

Mandé José Papy, alias Pitchen, tête présumé d'un gang opérant à Brazzaville est tombé dans le filet de la police

 

En fuite à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo d’où il est originaire, après de multiples braquages commis au Congo-Brazzaville, dont le braquage perpétré chez Elie Smith, le journaliste camerounais aujourd'hui expulsé du Congo, Mandé José Papy, connu par son sobriquet de Pitchen, est tombé dans le filet de la police, à Brazzaville, à la suite d’un guet-apens qui lui a été tendu. Il a été présenté à la presse, mardi 30 septembre 2014, par le général de deuxième classe Jean-François Ndengué, directeur général de police.

 


© La Semaine Africaine
Le capitaine Ngamouaba (à g.), Ondongo, Pichel et Nkoua.
Le même jour, la police a procédé à la reconstitution des faits, pour s’assurer qu’il s’agit bien du présumé chef de gang qui a terrorisé la capitale, Brazzaville, par ses braquages spectaculaires. Ainsi, les membres de ce gang, dont des ressortissants du Congo-Brazzaville, de la RDC, du Rwanda, et du Nigeria, sont sous les verrous. La police poursuit son enquête, pour que ces présumés criminels soient présentés devant le procureur de la République.

Puisqu'il est journaliste, le braquage au domicile d’Elie Smith, suivi du viol de sa petite sœur, a suscité beaucoup de réactions sur la toile, jusque dans les milieux diplomatiques. La réalité est qu’il y a beaucoup de victimes de braquages, qui ne sont pas toutes des journalistes. Les membres du gang des présumés braqueurs sont presque tous arrêtés. Sur les neuf membres de ce gang, cinq avaient été arrêtés et présentés à la presse, le lundi 15 septembre dernier (voir l’édition du mardi 16 septembre 2014). Trois autres, dont Ngamouaba Claudin, un capitaine de la D.g.s.t (Direction générale de la surveillance du territoire) qui avait logé les braqueurs à Ngo, Arthur, un frère cousin du ministre de l’intérieur et de la décentralisation, et un ressortissant nigérian, ont été arrêtés, la semaine dernière. Ils avaient commis un vol à main armée à Mpouya (département des Plateaux), à la résidence du ministre de l’intérieur, avant de braquer la station d’essence de Ngo.

Le dernier à tomber dans le filet de la police est Pitchen, le chef de gang qui s’était réfugié à Kinshasa. C’est grâce à une astuce qu’il est revenu à Brazzaville. Ses camarades arrêtés lui ont fait croire au téléphone qu’il y avait un nouveau coup à faire: le braquage chez une dame qui s’apprêtait à vendre une parcelle à 32 millions de francs Cfa. Pitchen a mordu à l’appât et lorsqu’il est revenu à Brazzaville, pour participer à ce nouveau coup, la police a pu mettre la main sur lui.

Au total, ce sont dix personnes sous les verrous: Pitchen, le chef de gang; le caporal-chef Nkoua, de la Garde républicaine; le taximan Mpelé-Bikindou, habitant à Diata; un officier des ex-Faz; le capitaine Ngamouaba Claudin, de la D.g.s.t, qui avait logé les braqueurs à Ngo; Ondongo, qui avait logé les braqueurs à Massengo; Arthur, un sergent de la marine, en poste à Impfondo; un Rwandais; un Nigérian et un jeune ressortissant de la RDC.

La reconstitution des faits a conduit le cortège de la police au Parc zoologique où les présumés criminels cachaient les armes qui leur permettaient de réaliser leurs opérations de braquage et de vol à main armée. Deux P.m.ak et deux chargeurs enveloppés dans un tissu et enfouis dans le sol ont été récupérés. Vêtu d’une combinaison bleue, Mandé José Papy a expliqué comment son gang procédait. «Tout a débuté par une petite situation. Comme cette histoire est comme un envoutement, au lieu de laisser, nous avons préféré continuer avec une série de braquages», a-t-il dit.

«Quand les policiers nous cherchaient, on n’était seulement cachés dans cette forêt. Le taximan nous donnait les informations à chaque instant sur leur présence. C’est à 12h que nous sommes sortis, le taximan Mpelé-Bikindou nous attendait sur l’avenue et nous a embarqués chez lui où nous avons partagé l’argent», a signifié le gangster qui a minimisé les montants volés au cours de tous les braquages commis. A l’entendre, la maison d’un nommé Ondongo, qui habitait le quartier Massengo, leur servait de logement. Les lieux et l’heure des braquages étaient, selon lui, dictés par le taximan.
S’agissant du capitaine Ngamouaba Claudin, le chef de gang, Mandé José Papy, a indiqué que ce dernier ne fait pas partie de son groupe. «Seulement, il nous a servi de garde, lors de l’opération menée à Ngo, sous l’instigation d’Ondongo», a-t-il dit.

Arrivée à la station X-Oil du rond-point de la Patte d’oie, les pompistes ont reconnu le chef de la bande des braqueurs. Mais celui-ci dit n’avoir récupéré que la somme de 150.000 francs Cfa. «Faux», a rétorqué l’un des pompistes. «C’était plus que ça». L’un d’eux a même reconnu parmi les braqueurs, un élément de la force publique qui y venait, souvent, chercher la monnaie. Le braquage a eu lieu aux environs de 3h du matin. La foule en colère qui s’était rassemblée à la station n’avait qu’une seule parole dans la bouche: «Tuez-les».

A la station X-oil de Bacongo, sur l’avenue Matsoua, le braquage avait eu lieu, le 5 septembre, à 3h du matin. Ulrich Nkouakoua, pompiste de garde ce jour-là, a reconnu Mandé José Papy. «C’est lui qui portait l’arme. Il a pointé l’agent qui était à côté de la porte, tout en lui demandant de l’argent. J’étais à l’intérieur, il est entré et m’a pointé l’arme. Je lui ai donné plus de 600.000 francs Cfa», a-t-il précisé.

Au chantier de l’O.c.h, à Moungali III, la bande Mandé a braqué les ouvriers chinois. Suivons, plutôt, le récit de Pitchen: «Quand nous sommes arrivés, on a braqué le gardien qui nous a montré le chemin qu’il fallait prendre pour aller chez les Chinois à l’étage du bâtiment en construction, non loin du pont du centenaire. Un de nous était resté avec le gardien en bas que nous avions ligoté contre un chevron. Arrivés à l’étage, le Chinois par peur de l’arrache-clou et de l’arme, ne parlait plus et ne communiquait plus que par les signes pour nous faire savoir qu’il y avait de l’argent sous son matelas. Des faux billets rouges qu’on avait remis auprès du taximan qui nous avait conduits là pour aller les échanger à l’aéroport». Pour l’un des Congolais trouvé en compagnie des Chinois sur le lieu, le récit fait par Mandé est faux. Il a expliqué qu’il s’agissait de la monnaie chinoise: «Au total, ils avaient emporté 1000 dollars et une somme de 370.000 francs Cfa, deux lecteurs D.v.d portatifs et trois téléphones portables».

D’autres braquages comme ceux du domicile du journaliste Elie Smith et chez une dame à Diata sont aussi à l’actif du gang de Mandé. A propos du viol de la petite sœur d’Elie Smith, il a expliqué: «C’est mon ami qui avait commencé. Nous avions des prudences (capotes). Sa motivation et son plaisir m’ont donné l’envie de faire aussi. J’ai porté ma capote et j’ai fait autant».

Signalons que la tournée de reconstitution des faits, à la forêt de la patte d’oie, aux deux stations X-Oil du rond-point de la patte d’oie et de Bacongo, au marché Total, et au chantier chinois, à Moungali III, s’est faite en compagnie du général de première classe Albert Ngoto, directeur général adjoint de la police, et du porte-parole de la police, le colonel Jules Monkala-Tchoumou. Selon le général Ndengué, les neuf malfrats arrêtés seront remis auprès des autorités judiciaires. Ce qui est regrettable, c’est que certains sont des repris de justice, qui avaient retrouvé la liberté, pour se remettre dans leurs activités criminelles.

 

 
MOTS CLES :  Congo   Brazzaville 

1 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

le 2 congo nous sommes famille

Par baka

03/10/2014 20:21

le banditisme se partous au monde,non seulement au 2 congo,partous dans le monde vous trouvais de voleur

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

Festival tuSeo 10e édition
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués