SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Raphaël Goma: «Un petit groupe a voulu prendre en otage le Comité...»

Par Monique Rachel Kesseng - 11/02/2014

Raphaël Goma, ancien Coordonnateur du Comité d’Action de la diaspora congolaise pour les Etats Généraux de la Nation au Congo, parle de la dissidence qu’a connue ce mouvement

 

D’après un communiqué daté du 1er février 2014, qui est parvenu à notre Rédaction, le Comité d’Action de la diaspora congolaise pour la Convocation des Etats Généraux de la Nation a désormais un nouveau coordonnateur?
Oui c’est exact! Et cela est en conformité avec les textes qui régissent le Comité d’Action de la diaspora congolaise pour la Convocation des Etats Généraux de la Nation. Effectivement, Monsieur Robert POATY PANGHOU que je félicite une nouvelle fois a été élu Coordonnateur du Comité d’Actions pour un mandat d’un an lors de l’Assemblée Générale du 1er février 2014. A quoi serviraient nos textes si nous nous opposons à leur application.

 


© Monique Rachel Kesseng/Journaldebrazza.com
Raphaël Goma, ancien Coordonnateur du comité d’actions pour les états généraux de la nation
Comment expliquez vous donc qu’une déclaration comportant des noms d’un ensemble de personnes se revendiquant de diverses associations, nous soit parvenue le 2 février 2014, annonçant la fin du Comité d’Actions et du collectif du 17 pour les Etats Généraux de la Nation au Congo?
Vous savez, dans toute lutte, tous les militants n’ont pas toujours les mêmes objectifs et c’est tout à fait naturel. Le communiqué paraphé par un ensemble de signataires dont certains n’avaient pas pris part à l’assemblée Générale, relève de la subversion. Il s’agit d’un petit groupe d’amis, membres fondateurs du Comité d’Action qui ont voulu prendre en otage le Comité pour le mettre au service d’un individu; ce qui est foncièrement opposé à la vision de la majorité des membres du Comité d’Actions qui eux pensent travailler en partenariat avec tous les membres du collectif du 17 Août sans exception.

Il s’agit d’un petit groupe d’amis, membres fondateurs du Comité d’Action qui ont voulu prendre en otage le Comité pour le mettre au service d’un individu ; ce qui est foncièrement opposé à la vision de la majorité des membres du Comité d’Actions qui eux pensent travailler en partenariat avec tous les membres du collectif du 17 Août sans exception.
Raphaël Goma


Pour notre part, le Comité d’Actions ayant été mis en place pour un objectif précis que nous n’avons pas encore atteint, le Comité d’Action et le Collectif du 17 ne sont donc pas encore morts ! Le Comité d’Action a été créé pour les Etats Généraux de la Nation, et il travaille pour atteindre cet objectif. Ce qui est surprenant, c’est de constater que ce sont peut-être ces Etats Généraux qui font peur à certains qui craignent la fin de leur carrière politique, car lors de ces Etats Généraux Mr SASSOU NGUESSO risquerait ne pas être seul à qui le peuple congolais demanderait des comptes!

Certains membres se revendiquant du CODICORD que vous présidez, font pourtant partie des "signataires" de cette déclaration intitulée «" Le comité d'actions" a éclaté et est mort. »…
En ce qui concerne le CODICORD, il serait irresponsable d’annoncer la fin du Comité d’Action, car, le CODICORD reste et constitue le pilier du Comité d’Action, pour avoir joué un rôle fondamental dans sa création. Cependant, nous trouvons légitime que n’importe qui s’exprime librement car en démocratie, un fou a les mêmes droits qu’un sensé ; la seule chose qui les distingue, c’est leurs attitudes et leurs actes respectifs.

Je tiens à préciser que, parmi ceux qui semblent être les signataires de ce «communiqué paraphé», ils représentent plus de la moitié de ceux qui étaient présents le jour du vote. Cependant, nous avons été étonnés de voir figurer des absents au scrutin dans ce fameux communiqué. Après avoir interrogé les concernés, la majorité n’était au courant de rien! Où est donc le sérieux?

nous avons été étonnés de voir figurer des absents au scrutin dans ce fameux communiqué. Après avoir interrogé les concernés, la majorité n’était au courant de rien!
Raphaël Goma

 


© journaldebrazza.com
Les membres du Comité lors de la journée d’appel et d’échanges du Comité au Palais Bourbon à Paris en Mars 2013
Toutes les parties en mésentente dans cette "affaire" s'accusent réciproquement d’entretenir des accointances avec le pouvoir de Brazzaville. Qu'est ce qui, selon vous, justifie cette méfiance et ces démissions en cascades?
Vous savez, une femme peut cacher son amant pendant des années, ou sa grossesse pendant neuf mois, mais jamais elle ne cachera son bébé, car il y aura toujours quelqu'un qui sera témoin de quelque chose dans l’existence de ce bébé. Nous n’accusons personnes, mais s’il y en a qui collaborent avec le pouvoir de Brazzaville, alors ils se reconnaissent, car chacun de nous sait jusqu'où ses pieds le mènent.

En replaçant votre question dans le cadre le plus large des objectifs du Comité d’Action, nous disons que l’Assemblée Générale du 1er février 2014 a permis à l’opinion publique de percevoir la complexité des problèmes qui minent les structures politiques de la diaspora Congolaise en France. Aujourd'hui, nous pouvons être fiers d’avoir apporté une clarification aussi bien au niveau des enjeux, que des objectifs poursuivis par le Comité d’Actions. En, effet, hier, nous avons été collectivement indexés comme étant au service d’un individu. Maintenant que les masques commencent à tomber nous savons lesquels jettent l’opprobre à la majorité de la diaspora. Certes, il n’y a pas eu des démissions en cascades au Comité. Personne jusqu’à ce jour n’a démissionné du comité d’Action mais, ceux qui entretiennent des accointances avec le pouvoir de Brazzaville sont ceux qui s’auto excluent d’eux-mêmes du Comité d'Action.

Est-ce que toutes ses dissidences ne décrédibilisent pas finalement l'action du comité?
Le Comité d’Actions doit être jugé par rapport à ses actions, et non par rapport aux humeurs de ses membres, en l’occurrence de ceux qui veulent le mettre au service d’un individu.

Par ailleurs, il est tout à fait normal, qu’il y ait des divergences d’opinion entre nous, preuve de notre maturité! Cependant, en politique, nous avons le devoir et l’obligation à dire la vérité. Celui qui ne dit pas la vérité ne mérite pas le respect des concitoyens. Mais, ceux qui cultivent d’autres objectifs, usent de tous les subterfuges divers et variés pour semer le trouble et amuser la galerie dans le seul but de nous faire perdre du temps pendant que notre peuple cherche le salut, sont aussi coupables par leur manque de responsabilité, de la misère de nos populations.

En somme, ce sont les dissidents qui se décrédibilisent et non l’action du Comité d’Actions. Quand ils apprendront à dire la vérité, nous sommes persuadés qu’ils s’affranchiront de leur maître et gagneront de l’estime et du respect de leurs prochains. N’oublions pas que la politique, c’est aussi la gestion de la cité dans la vérité et non dans le mensonge.

ce sont les dissidents qui se décrédibilisent et non l’action du Comité d’Actions. Quand ils apprendront à dire la vérité, nous sommes persuadés qu’ils s’affranchiront de leur maître et gagneront de l’estime et du respect de leurs prochains.
Raphaël Goma


Qu’est-ce qui va changer à présent?
Le nouveau bureau du Comité d'Action, va poursuivre l’œuvre que nous avons commencée depuis la création du Comité jusqu'à l’aboutissement des Etats Généraux. Un programme d'actions a été élaboré. Les membres s’attèlent à sa mise en œuvre. François Mitterrand disait: «il faut laisser le temps au temps» Le Comité d'Action est en pleine activité et va conduire les filles et fils du pays vers les Etats Généraux.

Comment légitimer à présent l'autorité de la nouvelle version du comité d'action - en dehors du consensus?
Le fait que Raphaël GOMA ne coordonne plus le Comité d’Action n’est pas synonyme d’une nouvelle version! Le Comité d'Action est Un et indivisible comme l’est le Congo. L’autorité du Comité d’Action est intacte, elle s'exerce dans la poursuite de notre objectif principal, à savoir: la convocation des Etats Généraux de Nation au Congo-Brazzaville. Il y va de la dignité de ses membres. «Imaginons le Congo demain tous ensemble».

La nouvelle Direction du Comité d'Action est déterminée à faire aboutir les Etats Généraux. Le temps nous le dira! Accordons donc le temps qu'il faut à ce nouveau bureau de s'installer de s'atteler et d’accomplir sa tâche.

La nouvelle Direction du Comité d'Action est déterminée à faire aboutir les Etats Généraux.
Raphaël GOMA
 
MOTS CLES :  Brazzaville   Etats Généraux Congo   Congo 

2 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

L'avenir du Comité d'Action

Par Marvey

13/02/2014 21:02

L'avenir du Comité d'Action est d'autant radieux que nous avons la ferme assurance de voir se réaliser ses objectifs. Que tous ceux de nos amis qui nous ont quitté par erreur, doivent revenir. La porte est toujours ouverte pour toute personne qui croit au changement et au développement économique du Congo. Le Comité d'Actions est sur la bonne voie...

Concentration et Cohésion !

Par Kimpéné Ya CONGO

31/03/2014 09:11

Je ne peux que regretter que nous soyons encore entrain de perdre du temps pour que nous ne permettrons à Sassou des ailes pour nous railler pour incapacité d'organisation. Je nous souhaite plus coordonnés et efficaces afin que nous ne ratons pas cette ultime de montrer à Sassou qu'il ne sera pas éternellement aux manettes de ce pays qu'il a divisé, ruiné, reparti en Clans tribaux et surtout retardé notre pays sur le plan économique.
Organisons nous mieux car en face à part la résistance, il n'y a plus rien en dehors de l'intimidation de la population, arrestations de quelques caciques et bloquer l'opposition de déplacements, de paroles à peine lisibles. Marchons en rangs serrés afin d'avoir de bonnes suites, allez courage à Tous.

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

A savoir

  • Raphaël Goma, président du CODICORD, enseignant-chercheur à l’université de Paris 13 Villetaneuse
  • CODICORD : Conseil de la Diaspora Congolaise pour la Restauration de la Démocratie

Agenda - événements

Bruxelles : grande rencontre d'artistes-peintres africains
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués