SOCIéTé  |     FAITS DIVERS  |    

Brazzaville: cambriolage au marché de Moungali

Par journaldebrazza.com avec ACI - 24/10/2013

Deux magasins de ce marché situé dans le 4e arrondissement de la ville de Brazzaville ont été victimes la cible de vols

 

Deux établissements commerciaux se trouvant au marché de Moungali, dans le 4ème arrondissement de la ville de Brazzaville, ont été victimes le 21 octobre dernier de vols de la quasi-totalité des marchandises par des malfrats opérant en groupe armé. Le forfait a eu lieu dans la nuit, où les voleurs ont profité de l’obscurité dans ce secteur pour accomplir leur sale besogne en toute tranquillité, emportant des marchandises importantes, a-t-on constaté. Arrivés le matin sur les lieux, les propriétaires de ces boutiques n’ont pu que constater, très émus, les dégâts causés par ces inciviques qui, après avoir volé, ont laissé ces magasins dans un désordre total et absolu.

 


© paepard.blogspot.fr
Un marché de Brazzaville
S’agissant du premier établissement Alassane Boubacar « AB » par exemple, 15 sacs de riz, 10 sacs d’arachides, 5 filets d’échalotes, 10 bidons d’huiles et un sac contenant des documents importants et des cahiers dans lesquels le gérant du magasin fait mention de toutes ses activités journalières, ont été emportés par les malfrats.

Dans le second magasin, une quincaillerie, plusieurs articles de construction ont été volés, entre autres, les bidets, les éviers, les tôles, les boîtes de peinture, les contre-plaqués. La valeur de ces biens volés se chiffre à plusieurs millions de FCFA, a-t-on appris.

Le propriétaire des établissements «AB», M. Alassane Boubacar s’est insurgé contre les responsables de la brigade chargée de la surveillance de ce marché, estimant qu’ils n’assument pas correctement leur rôle, conformément aux accords qui les lient avec les patrons des établissements dudit marché. Selon lui, la faute incombe à cette brigade de surveillance qui ne détient aucune arme pour dissuader les éventuels braqueurs, surtout la nuit. «Nous sommes déçus du travail de cette brigade qui, au lieu, de surveiller le marché, préfèrent plutôt dormir paisiblement la nuit dans leur bureau, oubliant leur tâche de sentinelle pour laquelle nous versons chaque fin du mois en fonction de l’importance des établissements des sommes allant de 3.000 à 5.000 FCFA», a-t-il signifié.

Reconnaissant leur faute, les responsables de cette brigade de surveillance ont promis aux propriétaires de ces établissements de faire de leur mieux pour qu’une solution financière soit trouvée entre les deux parties dans les délais les plus raisonnables.
Cette situation interpelle les pouvoirs publics et les forces de l’ordre chargés d’assurer la sécurité des personnes et des biens conformément à la Constitution. Malheureusement, ces missions régaliennes ne sont pas exécutées convenablement par ceux qui en ont la charge, soit par négligence soit par manque de moyens logistiques, notent les observateurs.

 

 
MOTS CLES :

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

Festival tuSeo 10e édition
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués