SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

V. Taty: «Le quartier Château-Rouge à Paris est l’identique du marché Total...»

Par Marie-Alfred Ngoma - 29/07/2013

Situé à proximité de la rue de Clignancourt et du boulevard Barbès à Paris, le restaurant Chez Taty est devenu le lieu de rendez-vous privilégié des Congolais de Paris

 

Le restaurant Chez Taty est situé dans le 18e arrondissement de Paris, au cœur du quartier Château-Rouge, proche de Barbès, de la gare du Nord et de la Porte de Clignancourt. C’est une adresse à part. Ouvert il y a trois ans, le restaurant Chez Taty est un lieu de rencontres et de retrouvailles très prisé pour sa cuisine et son cadre. De nombreuses personnalités s’y retrouvent, comme Bachelor, Ben Moukacha, Daf Nganga, Elvis, Sissi ou feu Nono Gando.

 


© Amédée de Vapony
Viviane Taty, dans son restaurant de Paris 18
C’est dans cet esprit que Viviane Taty, la maîtresse de la maison nous a parlé de ses projets et de la diaspora. Un bout de dame à l’esthétique bien soignée, la chevelure nouée d’un pagne donnant plus encore de relief à son visage. Une enfance vécue à proximité du marché Bourreau derrière l’avenue Fulbert-Youlou, où tout incitait à se lancer dans les affaires a naturellement développé son envie d’entreprendre dès son plus jeune âge. Quant à la gastronomie, elle a tout d’abord fait ses classes au sein de la cellule familiale. Pour deux raisons essentielles, cette battante née est rentrée naturellement dans le milieu des affaires en ouvrant un restaurant. « A l’époque, j’optais pour la sous-traitance, jusqu’au jour où Ben Moukacha m’a mis le pied à l’étrier », reconnaît-elle. Au fur et à mesure, elle a su façonner un lieu attractif dans le milieu congolais : « Je cherchais un endroit où les Congolais puissent se rencontrer ». À en croire les habitués, l’endroit connaît une grande affluence en fin de semaine. La clientèle dominicale est souvent composée des membres des associations qui y tiennent des réunions. Les intonations de voix, les bribes de conversation entendues ici et là, le ballet des hommes et de femmes font que « le quartier Château-Rouge à Paris est l’identique du marché Total à Brazzaville ».

C’est dans ce quartier le plus africain de Paris que Viviane Taty garde un œil vers son pays d’origine. Un regard doté d’une fibre sociale élargie au monde associatif: par exemple, lorsqu'elle se rend au Congo, elle prévoit dans ses bagages des produits de première nécessité, « car la santé est vitale ». Une fibre sociale permanente qu’elle tisse volontiers pour s’impliquer dans les efforts de développement. « La diaspora doit jouir d’une reconnaissance institutionnelle à part entière. Dans le domaine de la restauration par exemple, les produits du terroir, y compris ceux des brasseries locales, doivent pouvoir sortir du Congo sans contraintes administratives. Disposant de mets frais pour les délégations congolaises en mission à Paris, je pourrais les accueillir parmi les convives… La redistribution des richesses nationales commence par l’encouragement de ceux et celles qui investissent au nom du Congo ».

 

 
MOTS CLES :  Paris   Congolais   Diaspora 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Fally Ipupa à Brazzaville pour ses 10 ans de carrière
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués