SUCCESS STORIES   |     DIASPORA   |     JEUNES TALENTS  |    

Édith Itoua, de Genève à Lyon: «Le Congo cherche ses talents dispersés...»

Par Marie Alfred Ngoma, Les Dépêches de Brazzaville - 27/06/2013

Après ses interventions, les 18 et 19 juin, à la tribune de l'Organisation internationale des migrations (OIM) et à la conférence ministérielle sur la diaspora, Édith Laure Itoua a tenu à recevoir les

 

Aussitôt après ses interventions, les 18 et 19 juin, à la tribune de l'Organisation internationale des migrations (OIM) et au Centre international de conférences de Genève, en Suisse, qui a abrité la conférence ministérielle sur la diaspora, Édith Laure Itoua a tenu à recevoir les résidents congolais de la diaspora. À quelques kilomètres de Genève, la ville de Lyon, en France, a donc accueilli le chef de département des Congolais en recherche permanente de rencontres avec ses compatriotes

À Genève, explique Édith Laure Itoua, «c'était une rencontre organisée par l'OIM qui tendait à nous permettre d'échanger nos points de vue et nos expériences avec les ministres de 149 pays membres présents à la cérémonie, ainsi qu'aux hauts responsables de la mise en œuvre des politiques et programmes diaspora dans leurs pays respectifs.»

 


© Les Dépêches de Brazzaville
Édith Laure Itoua avec ses compatriotes
À Lyon, dans un cadre différent, ce sont les Congolais qui sont venus massivement écouter la présentation des missions du nouveau département du cabinet présidentiel chargé de la diaspora. Édith Laure Itoua a exprimé la volonté du président Denis Sassou N'Guesso d'associer les savoirs et savoir-faire des Congolais de l'étranger à l'effort de développement national. Elle a souhaité que son département puisse s'appuyer sur une plateforme d'échanges entre les Congolais de l'étranger et ceux de l'intérieur selon plusieurs axes prioritaires transversaux. Il s'agira, précisait-elle, d'analyser les besoins du pays dans les secteurs prioritaires de développement, à travers les consultations d'un large éventail d'acteurs nationaux pour le développement.

Lors de cette rencontre, Édith Laure Itoua a présenté un panorama des secteurs qui souffrent d'un déficit de ressources qualifiées et d'expertises. Son credo: «Faire participer la diaspora congolaise à l'élaboration des politiques envers elle et en sa faveur ». Et de poursuivre: «C'est une autre façon de vous impliquer dans le renforcement des capacités et de l'action du gouvernement dans un processus durable de coopération active.»

Le déploiement de ces axes prioritaires «permettra d'inspirer continuellement les décideurs de notre pays dans la mise en place de stratégies concrètes impliquant pleinement les Congolais de l'étranger dans la vie nationale», a précisé le conseiller du président de la République. Le rapprochement entre la diaspora et les institutions de la République en est un préalable.

Une Maison des Congolais de l'étranger en projet
Une Maison des Congolais de l'étranger est l'un des projets phares de son département, a indiqué Édith Laure Itoua, annonçant qu'elle devrait être prochainement érigée à Brazzaville. Cette institution permettra à la fois de sensibiliser les jeunes Congolais aux réalités et aux risques d'une migration irrégulière et de présenter les opportunités d'affaires à réaliser au Congo. L'aide à la création et à la gestion de projets pour les micro-entreprises, l'accompagnement et le suivi des projets d'investissement des Congolais de l'étranger au Congo feront également partie des services disponibles. Édith Itoua a exhorté la diaspora congolaise à faire preuve de dynamisme et d'ingéniosité pour leur pays. Par ailleurs, elle a également annoncé le lancement imminent au Congo du programme Migrations et développement en Afrique (Mida), dans l'objectif de mieux évaluer, à travers un projet pilote, les politiques à mettre en œuvre au Congo en y impliquant la diaspora. Un forum sur la diaspora pourrait également se tenir à Brazzaville dans les prochains mois, a-t-elle conclu.

À Genève comme à Lyon, les Congolais sont venus avec des projets de vie en poche. Ils ont évoqué des profils variés, notamment techniques tels que des géologues ou des informaticiens. Tous ont unanimement salué la volonté d'organiser périodiquement des rencontres avec les Congolais en dehors des seules grandes capitales européennes. Les participants ont surtout félicité l'initiative du chef de l'État «d'avoir donné aux Congolais la possibilité de disposer désormais d'un interlocuteur rattaché directement à son cabinet», remarque Anicet Etou, un Congolais venu de la région parisienne. «La diaspora congolaise sera plus efficace si des conditions favorables, incitatives et attractives pour son retour temporaire ou définitif au Congo sont établies. Notamment, dans le domaine des TIC», plaidait le professeur Mbuet Mbuetani Madiela, responsable de l'association Femoca à Lyon, qui souhaite voir « purement et simplement supprimées les barrières douanières grevant l'importation par les membres de la diaspora de matériels informatiques au Congo».

Concluant la rencontre, Édith Laure Itoua a incité les participants à instaurer un dialogue productif avec son département : « Quel que soit notre pays de résidence, notre dualité d'appartenance devra faire basculer notre choix affectif vers notre pays d'origine. Nous sommes souvent déçus quand les attentes placées envers l'État providence ne suivent pas. Je puis vous assurer que nous serons en interactivité avec vous. La réussite de ma mission dépendra aussi de la vitalité patriotique que nous mettrons ensemble à cette œuvre de reconstruction du dialogue avec tous les talents de notre pays. »

 

 
MOTS CLES :  Itoua   Edith Laure   Diaspora   Brazzaville   Congo 

3 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

Le Congo et la Diaspora

Par damien777

20/07/2013 13:47

DIEU merci qu'il était temps de se rendre compte à l'évidence qu'un pays qui manque de cadre de haut niveau va inéluctablement à son déclin. Les défis qui se présentent à notre pays pour son émergence,demandent le concours de tous et surtout des cadres de la diaspora, pour leur compétence et leur expérience, dans differents domaines de leur formation. Rentrée définitivement dans sa patrie pour rendre service à la nation est le souhait de tout congolais patriote. La grande problématique qui se pose pour la plus part est la suivante: les conditions d'acceuil sont-elles viables pour s'intaller ? explicitement; Emploi, la rémunération va t-elle suivre? logement, logistique lié au rapatriement à savoir frais douaniers, billet d'avion etc... A toutes ces questions, il faut une reponse adéquate à la hauteur de l'ambition. Par exemple une structure d'acceuil, une politique audacieuse incitative au rapatriement(exemple mise à disposition des logements d'état en location ou location vente à proximité des structures stratégiques tels que hopitaux, cas des médecins, chirurgiens...), aide au retour. Mieux qu'une maison des congolais de l'étranger, créer par exemple un ministère de la diaspora(pour l'acceuil, l'orientation en fonction des compétences, informer, cadrer les projets d'investissement etc...). En définitive, mes félicitations pour cette initiative salutaire.

Comment la contacter?

Par rara206

05/09/2013 06:41

Cette initiative est bonne. Pour avoir vécu en France, Edith Laure Itoua sait très bien qu'en termes de réactivité ,rien ne peut se faire en dehors de l'Internet . Comment interagir efficacement avec la diaspora si on ne dispose pas d'un site internet? Je viens de prendre connaissance de la tenue de ces deux réunions . Comment ont fait ceux qui ont participé , pour en connaître les lieux et les dates? Voici 3 mois que je taquine la toile pour connaître l'adresse postale de cette responsable pour la contacter, suggérer des choses. Impossible. Même à l'Ambassade du Congo en France , personne ne sait. Il faudra peut-être commencer par là?

reflection

Par alaz

16/10/2013 16:52

Tout ceci n'est que distraction . Sassou apres avoir passe pres de 30 ans au pouvoir se leve un matin pour dorenavant communiquer avec les congolais de l'etranger alors qu'il ne lui reste que 2ans au pouvoir. Apres lui ce departement ne survivra point . En plus que peuvent ils faire en 2ans? Rien qui vaille .Il fallait plutot faire que les congolais restent chez eux en ameliorant les conditions de vie , creant des emplois pour tous etnon seulement pour les Itoua , des hopitaux dignes de ce nom . C'est ce qui allait garder les congolais chez eux . Maintenant qu'ils sont hors du pays , j'estime qu'il est tard et que le vin est deja tire . Pour la pupart d'ailleurs ils ne sont meme plus congolais . Vouloir les ramener chez eux alors qu'ils se sont deja bien etablis relevera de l'impossible surtout que rien pratiquement ne change chez nous

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

Fima : la 5e édition aura lieu en mars
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués