POLITIQUE  |     INTERNATIONAL  |     AFRIQUE  |    

Inquiétude à l'approche de la clause de cessation du statut de réfugiés rwandais

Par rfi - 23/11/2017

D'ici à la fin de l'année, plusieurs milliers de Rwandais qui ont fui leur pays avant 1998 vont perdre leur statut

 

Des milliers de Rwandais qui ont fui leur pays avant 1998 vont perdre leur statut, notamment en Ouganda, en Zambie ou au Congo-Brazzaville. Parmi eux, les victimes du génocide bien sûr, mais aussi des massacres dans les camps de réfugiés au Congo de 1996 et 1997 dont est accusé l'actuel régime rwandais. C'est une demande de Kigali qui estime qu'il n'y a plus de raison pour leurs ressortissants de vivre à l'étranger. Et ce processus est soutenu et encouragé depuis presque dix ans par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés. Mais il promet qu'il n'abandonnera pas ces réfugiés, que des solutions sont prévues comme l'intégration locale ou le maintien du statut pour ceux qui en feront la demande.

Les inquiétudes des réfugiés

Ce que le HCR met en avant, c'est le fait que 3,5 millions de Rwandais sont déjà rentrés dans leur pays. Un pays qui pour l'agence onusienne est suffisamment stable et en paix pour justifier cette clause de cessation.

C'est évidemment l'avis de Kigali qui balaie du revers de la main tous les rapports des organisations de défense des droits sur les cas à répétition d'allégations de détention arbitraire, d'assassinats, de disparitions forcées, y compris tout récemment l'enquête de Human Rights Watch faisant état de cas de torture pour des personnes rentrées du Congo voisin.
Mais dans les pays d'accueil, réfugiés et sociétés civiles locales tentent de se mobiliser pour faire entendre cette inquiétude.

C'est notamment le cas au Congo-Brazzaville où la clause de cessation devrait s’appliquer au 31 décembre 2017 comme prévu. Plusieurs organisations de la société civile sont inquiètes. L’une d’elles, l’Adhuc, a même porté l'affaire devant la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples. Son président, Loamba Moke s’inquiète notamment pour tous ceux qui sont arrivés orphelins au Congo-Brazzaville il y a une vingtaine d'années. Avec deux préoccupations majeures. La première liée à la qualité de ces réfugiés : beaucoup disent avoir peur ou ont fui les massacres de l'armée rwandaise en RDC. Et la deuxième, sur l'après. Qui va garantir que ceux qui souhaiteront rester obtiendront des papiers dans les pays d'accueil ?

 


© Droits reservés
Le HCR promet de ne pas abandonner les réfugiés

Pour le HCR, la réponse est simple : les pays d'accueil qui s'y sont engagés et l'agence onusienne promet de rester vigilante, et notamment d'obtenir le maintien de ce statut de réfugié au cas par cas pour ceux qui prouveront qu'ils risqueraient leur vie en rentrant dans leur pays. Ce sera aux pays d'accueil d'en décider. Mais le HCR dit avoir signé des accords avec ces pays qui devraient protéger les droits de ces réfugiés.

« Dans les accords, durant tout le processus ou l'élaboration de la stratégie entre le HCR et ces pays hôtes, il y a toujours eu des garanties pour ceux qui ont peur de rentrer au Rwanda, peur pour leur vie, assure Katerina Kitidi, l’une des porte-parole du HCR. Mais dans tous les cas, le rapatriement volontaire - et j'insiste sur le mot volontaire - n'est pas la seule option pour tous ces gens. Beaucoup d'Etats ont commencé à parler ou même ont pris des mesures pour permettre l'intégration locale de ses réfugiés dans leur pays. Et cela veut bien dire que tous ces réfugiés qui vivent dans ces pays d'accueil n'auront pas nécessairement à rentrer chez eux. Et le HCR ne soutient le rapatriement que quand il se fait sur la base d'un choix libre et informé et quand on a l'assurance que ces personnes seront sûres d'être en sécurité dans leur pays ou de pouvoir conserver leur dignité. Et dans le cas de ces réfugiés rwandais, on essaie de les aider à faire le meilleur choix. »

Pour l'ancien ambassadeur, Jean-Marie Vianney Ndagijimana, activiste de la société civile en exil, le HCR n'a jamais protégé la communauté rwandaise réfugiée. L'agence onusienne et le gouvernement rwandais ne devraient prendre ce genre de décision sans consulter les réfugiés.
La RDC, le plus gros pays d'accueil avec 250 000 réfugiés rwandais, a décidé de repousser cette date limite. La commission nationale des réfugiés attend de pouvoir réaliser un enregistrement biométrique.
 
MOTS CLES :  Clause   Cessation   Réfugiés Rwandais   Statut 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Festival tuSeo 10e édition
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués