ECONOMIE  |     BUSINESS  |    

Port autonome de Brazzaville : l’entreprise encourt la cessation des activités

Par ADIAC - 09/11/2017

L’entreprise publique traverse une situation financière et logistique difficile, en raison d’une dette fiscale estimée à plus de 4 milliards FCFA et d’une dette sociale d’environ 1,2 milliard

 


© Droits reservés
Descente sur les installations portuaires du ministre des Transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, Fidèle Dimou
Au cours d’une descente sur les installations portuaires, le 8 novembre, le ministre des Transports, de l’aviation civile et de la marine marchande, Fidèle Dimou, est allé faire l'état des lieux de la structure et a promis, au terme de sa visite, apporté du sang neuf pour tenter de sauver la situation.

L’entreprise publique traverse une situation financière et logistique difficile, en raison d’une dette fiscale estimée à plus de 4 milliards FCFA et d’une dette sociale d’environ 1,2 milliard. En plus, depuis quelques mois, le Port autonome de Brazzaville a perdu une bonne partie de ses domaines suite à une opération de spoliation menée par des services de l'Etat.

Afin de s’enquérir de cette situation pressante, le ministre Fidèle Dimou qui visitait le port Beach, le port public, la gare à passagers et le port de Yoro, s’est entretenu successivement avec les structures dirigeantes du Port autonome, notamment l’intersyndicale, la direction et l’inspection générale.

Il s’avère qu’outre les difficultés énumérées, cette infrastructure est concurencée par un port parallèle, ce qui diminue ses recettes. Une carence en personnel qualifié censé relever les énormes défis actuels a été également constatée.

 


© Droits reservés
Le port autonome de Brazzaville
L’un des responsables de l’intersyndicale, Ghomas Godefroy, a dénoncé l’absence d’équité dans le recrutement des agents affectés à cet établissement. Il a aussi pointé du doigt des activités illicites menées au sein de l’Ecole supérieure africaine des cadres de chemin de fer, transformée en dépôt privé et en centre de commerce.

« L’école qui formait nos cadres a cessé de fonctionner depuis plusieurs années. Elle est devenue un établissement concurrent du port. Lors de la rencontre, nous avons dit au ministre que l’enceinte de cette école doit revenir au Port autonome, parce que c’est notre espace portuaire », a lâché Ghomas Godefroy. Faisant état des difficultés que traverse le Port autonome de Brazzaville, son directeur général, Pierre Bossoto, a invité la tutelle à prendre une décision urgente.

En réponse à ces nombreuses requêtes, le ministre Fidèle Dimou a promis de s'entretenir son collègue des Affaires foncières afin de trouver une solution au problème de spoliation. Quant aux autres questions, il a promis de s'y mettre pour que le Port autonome revive, en dépit des contraintes financières actuelles.

Mais, « d’abord, il faut achever les travaux de réhabilitation. Nous sommes en train de travailler avec les services compétents pour pouvoir parachever le financement des travaux des quais, entrepris par une entreprise chinoise », a assuré le ministre des Transports.
 
MOTS CLES :  Brazzaville   Port Autonome   Cessation 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Agenda - événements

Festival tuSeo 10e édition
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués