ECONOMIE  |     BUSINESS  |    

Pétrole et corruption au Congo: une vidéo accable le négociant Gunvor

Par rfi - 12/09/2017

Le négociant suisse Gunvor en flagrant délit de corruption pour obtenir de nouveau la commercialisation du pétrole du Congo : l’ONG Public Eye s’est procuré une vidéo accablante

 

C’est une vidéo explosive qu’a visionnée Public Eye. L’ONG suisse retranscrit la conversation, autour d’une boisson gazeuse dans un café, entre le directeur financier du négoce de pétrole chez Gunvor et deux intermédiaires, dont un proche de Denis Christel Sassou-Nguesso, le fils du chef de l’État congolais. « L’argent n’est pas arrivé à bon port, se plaint l’un d’eux, Denis Christel ne touchait presque rien ». Le cadre de Gunvor propose alors un schéma plus sûr et plus discret de commissions, dissimulées derrière un projet d’oléoduc au Congo...

Cette vidéo aux mains de la justice helvétique est accablante pour la société de négoce qui niait jusqu’à présent tout système organisé de corruption depuis 2012, laissant toute la responsabilité de l’affaire reposer sur les épaules d’un de ses employés. Gunvor est pris en flagrant délit deux ans plus tard, alors que la société suisse cherche à remettre la main sur les barils congolais.

 


© Droits reservés
Le rapport accable également le pouvoir congolais

Mais le rapport accable également le pouvoir congolais, complice d’un « détournement massif de la rente pétrolière ». Entre 2010 et 2012, sans organiser d’appel d’offres, la Société nationale des pétroles congolais a choisi de vendre son brut lourd, le « Djeno blend », à Gunvor, avec une décote totalement inhabituelle, ce qui a permis à la société suisse de réaliser des marges évaluées à 144 millions de dollars sur 22 cargos, jusqu’à 20 % de la production annuelle du Congo. Gunvor a également prélevé des intérêts sur les 750 millions de dollars de préfinancements accordés à l’Etat d’Afrique centrale.

Des fonds qui avaient emporté l’adhésion de Brazzaville au contrat de commercialisation du brut pourtant peu avantageux proposé par Gunvor. Ces fonds devaient être affectés à la réalisation d’infrastructures pétrolières, selon les exigences du FMI. À l’arrivée, des « sommes colossales » ont été « allouées à des travaux publics sans rapport avec le secteur pétrolier », souligne Public Eye. Des « marchés pharaoniques et surfacturés » attribués à la société brésilienne Asperbras et la société française NTA, sur lesquels Gunvor, jouant le rôle d’apporteur d’affaires, a prélevé des commissions ! La justice portugaise enquête sur ce volet marchés publics de l’affaire Gunvor au Congo.
 
MOTS CLES :  Vidéo   Pétrole   Corruption 

0 COMMENTAIRES

Afficher tous les commentaires | Poster un commentaire

POSTER UN COMMENTAIRE

Identifiez- vous : pseudo* e-mail
Titre du commentaire
votre commentaire
Etre prévenu par email quand une réponse est faite
Ne cochez oui que si vous voulez recevoir des mails en cas de réponse sur ce sujet et que vous avez saisi votre mail
Je reconnais avoir pris connaissance des conditions d'utlilisation

POLITIQUE

SPORTS

ECONOMIE & BUSINESS

DOSSIERS

Culture & Loisirs

Société

Débats & Opinions

Personnalités

Agenda - événements

Les rythmes bantou en spectacle
Tous les événements

TOUT L'UNIVERS JOURNALDEBRAZZA.COM

DOSSIERS

Dossiers

L'INTERVIEW

Interview

COMMUNIQUES OFFICIELS

Communiqués